Un religieux nigérian enlevé alors qu'il se rendait à l'enterrement de son père

Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu, membre de la Congrégation des Fils de Marie Mère de la Miséricorde (SMMM) basée dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria, enlevé le mardi 15 décembre.

Un prêtre membre d'un ordre religieux au Nigeria a été kidnappé par des inconnus mardi 15 décembre alors qu'il se rendait à l'enterrement de son père, a déclaré la direction de sa congrégation religieuse.

Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu, d'origine nigériane, membre de la congrégation des Fils de Marie Mère de la Miséricorde (SMMM) basée dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria, a été enlevé le 15 décembre au matin (vers 8 heures, heure locale) alors qu'il conduisait dans l'État d'Imo, a déclaré le père Goodluck C. Ajacro, secrétaire général de la SMMM, dans un communiqué obtenu par ACI Afrique le 15 décembre.

"Selon un témoin oculaire qui conduisait un bus derrière lui, quatre hommes armés sont sortis de la brousse à un mauvais endroit à Umulolo, Arondizuegu, et l'ont forcé à se mettre à l'arrière de la voiture et ont filé", dit le père Ajacro dans la déclaration d'une page en référence à l'enlèvement du père Ezeagu.

Le père Ezeagu était en route pour l'État voisin d'Anambra, dans le sud-est du Nigeria, afin de participer à l'enterrement de son père prévu pour le jeudi 17 décembre. Une messe de veillée pour son père a été prévue pour le mercredi 16 décembre.

"Nous appelons à de ferventes prières pour sa libération immédiate", ajoute le secrétaire général de la congrégation, âgé de 50 ans, en référence à son confrère kidnappé.

"Que Dieu tout-puissant protège et sauvegarde son prêtre de tout mal", implore la direction du diocèse catholique d'Ekwulobia dans un message sur Facebook.

L'enlèvement du père Ezeagu survient un peu plus de trois semaines après l'enlèvement du père Matthew Dajo, un prêtre de l'archidiocèse d'Abuja, qui a été libéré après dix jours en captivité.

Le père Matthew a été kidnappé le 22 novembre après que des bandits armés aient attaqué la communauté de l'église catholique St. Anthony, la paroisse Yangoji de l'archidiocèse d'Abuja et tiré sporadiquement pendant environ 30 minutes avant d'escalader la clôture de la maison du prêtre et de "l'éloigner de sa chambre".

Le 15 décembre, l'archevêque de l'archidiocèse d'Abuja, Mgr Ignatius Kaigama, a exprimé ses préoccupations concernant les multiples cas d'enlèvements dans le pays en déclarant : "Les événements de ces derniers mois ont montré qu'il ne faudra qu'une combinaison d'efforts et de stratégies pour s'attaquer de front aux causes sous-jacentes des enlèvements et du banditisme dans le pays".

Dans la déclaration du 15 décembre publiée sur sa page Facebook, Mgr Kaigama déclare : "Le niveau des incidents et l'apparente impunité sont devenus inacceptables et ne peuvent être excusés, pour quelque raison que ce soit. ”

"Les incidents d'assassinats et d'enlèvements qui se produisent actuellement au Nigeria constituent maintenant une menace importante pour tous les citoyens", a déclaré l'archevêque dans un communiqué obtenu par ACI Afrique le 15 décembre.

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, lorsque l'insurrection de Boko Haram a commencé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Depuis lors, ce groupe, l'un des plus grands groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles sur diverses cibles, y compris des groupes religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans ce pays d'Afrique de l'Ouest a été encore compliquée par l'implication des bergers peuls, majoritairement musulmans, également appelés "milices peules", qui s'affrontent fréquemment avec les agriculteurs chrétiens pour les pâturages.

Les évêques catholiques du Nigeria ont demandé à plusieurs reprises au gouvernement de mettre en place des mesures strictes pour protéger ses citoyens.

"Il est tout simplement inimaginable et inconcevable de célébrer le Nigéria à 60 ans alors que nos routes ne sont pas sûres ; notre peuple est kidnappé, et il vend ses propriétés pour payer une rançon aux criminels", ont déclaré les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigéria (CBCN) dans une déclaration collective le 1er octobre.

Ils ont ajouté : "Les Nigérians subissent une invasion de leurs terres agricoles par des bergers fulanis armés ; un groupe bien organisé et déjà désigné comme le quatrième groupe terroriste le plus meurtrier au monde par le Global Terrorism Index".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]