Advertisement

Un prêtre nigérian enlevé mardi "libéré sans condition".

Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu photographié peu après sa libération, le mercredi 16 décembre. Le père Valentine Oluchukwu Ezeagu photographié peu après sa libération, le mercredi 16 décembre.

Le prêtre nigérian enlevé en début de semaine alors qu'il se rendait aux funérailles de son père a été "libéré sans condition", a annoncé la direction de sa congrégation religieuse. 

Le membre des Fils de Marie Mère de la Miséricorde (SMMM) a été kidnappé par des inconnus le matin du 15 décembre dans l'Etat d'Imo au Nigeria, en route vers l'Etat voisin d'Anambra, dans le sud-est du pays.

"J'écris pour informer le public que notre frère prêtre, le Père Valentine Oluchukwu Ezeagu, qui a été kidnappé hier, mardi 15 décembre 2020, vers 8 heures du matin à Umulolo Arondizuogu, a été libéré sans condition aujourd'hui, mercredi 16 décembre 2020", a annoncé le Secrétaire général de la SMMM, le Père Goodluck C. Ajacro, dans sa déclaration du 16 décembre publiée sur Facebook. 

Le P. Ajacro raconte l'enlèvement de son confrère le 15 décembre, tel que rapporté par un témoin oculaire : "Quatre hommes armés sont sortis de la brousse dans un mauvais endroit à Umulolo, Arondizuogu, et l'ont forcé à se mettre à l'arrière de la voiture et ont filé.

Advertisement

Dans la déclaration du 16 décembre, la direction de l'Ordre religieux basé dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria exprime sa gratitude à "Dieu qui a touché le cœur des ravisseurs pour libérer notre frère".

La direction du SMMM attribue la libération inconditionnelle du P. Ezeagu à "l'intercession toujours fiable de Marie notre Mère de Miséricorde" et remercie les membres du Clergé, les religieux et religieuses et les fidèles du Christ qui ont offert des prières pour le P. Ezeagu.

Dans le message de notification, le secrétaire général du SMMM implore Dieu "pour la conversion des kidnappeurs et de tous ceux qui sont dans diverses formes de criminalité".

Dans le message publié sur la page Facebook du diocèse d'Ekwulobia au Nigeria, les dirigeants du SMMM appellent également le gouvernement de la nation ouest-africaine à "investir davantage dans la sécurité de la vie et des biens des citoyens ainsi qu'à offrir des possibilités d'emploi et un environnement favorable afin que nos jeunes qui forment des équipes s'engagent de manière significative".

More in Afrique

La semaine dernière, les États-Unis ont classé le Nigeria parmi les pires pays pour la liberté religieuse, décrit par le Département d'État comme "pays particulièrement préoccupant (CPC)", une désignation formelle réservée aux nations où les pires violations de la liberté religieuse ont lieu, y compris la Chine, la Corée du Nord et l'Arabie saoudite.

L'action du Département d'Etat américain a été saluée par les dirigeants des Chevaliers de Colomb, le Chevalier suprême des Chevaliers de Colomb, Carl Anderson, ayant déclaré mercredi 16 décembre : "Les chrétiens du Nigeria ont gravement souffert aux mains de Boko Haram et d'autres groupes".

Les meurtres et les enlèvements de chrétiens au Nigeria sont maintenant "au bord du génocide", a ajouté M. Anderson le 16 décembre.

"Les chrétiens du Nigéria, tant catholiques que protestants, méritent maintenant attention, reconnaissance et soulagement", a ajouté M. Anderson, qui a poursuivi : "Les chrétiens du Nigéria devraient pouvoir vivre en paix et pratiquer leur foi sans crainte".

L'enlèvement du père Ezeagu, le 15 décembre, est le dernier d'une série d'enlèvements qui semblent viser des membres du clergé au Nigeria. Il y a trois semaines, le père Matthew Dajo, un prêtre de l'archidiocèse d'Abuja, a été enlevé et libéré après dix jours de captivité.

Advertisement

Le père Dajo a été kidnappé le 22 novembre après que des bandits armés aient fait une descente dans la communauté de l'église catholique St. Anthony, dans la paroisse de Yangoji de l'archidiocèse d'Abuja, et aient tiré sporadiquement pendant environ 30 minutes avant d'escalader la clôture de la maison du prêtre et de "l'éloigner de sa chambre".

Selon un rapport spécial publié par la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociété) en mars, "pas moins de 20 membres du clergé, dont au moins huit prêtres/séminaristes catholiques, ont été tués à la hache au cours des 57 derniers mois et pas moins de 50 ont été enlevés ou kidnappés".

Les évêques catholiques du pays ont demandé à plusieurs reprises au gouvernement dirigé par Muhammadu Buhari de mettre en place des mesures strictes pour protéger ses citoyens.

"Il est tout simplement inimaginable et inconcevable de célébrer le Nigéria à 60 ans alors que nos routes ne sont pas sûres ; notre peuple est kidnappé, et il vend ses propriétés pour payer une rançon aux criminels", ont déclaré les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigéria (CBCN) dans une déclaration collective le 1er octobre.

Ils ont ajouté : "Les Nigérians subissent une invasion de leurs terres agricoles par des bergers fulanis armés ; un groupe bien organisé et déjà désigné comme le quatrième groupe terroriste le plus meurtrier au monde par le Global Terrorisme Index".