Selon un archevêque, le complexe de supériorité et de préjugés derrière les différentes crises au Nigeria

Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, pendant la messe à la pro-cathédrale Notre-Dame Reine du Nigeria, vendredi 1er janvier 2021 à Abuja.
Credit: Page Facebook de l'archidiocèse d'Abuja.

Diverses crises dans la nation ouest-africaine du Nigeria sont le résultat d'un complexe de supériorité et de préjugés de la part d'une partie des Nigérians, a déclaré un archevêque du pays dans sa réflexion au début de la nouvelle année.

"Les multiples crises économiques, politiques et religieuses que nous connaissons aujourd'hui sont dues au fait que nous pensons être meilleurs que les autres ou que notre tribu, notre religion ou notre parti politique est le meilleur", a déclaré Mgr Ignatius Ayau Kaigama de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria dans son homélie du 1er janvier. 

Il a ajouté : "Les préjugés de tribu, de religion et de politique sont aveuglants, paralysent et empoisonnent les relations cordiales et détruisent la confiance entre les Nigérians," Mgr Kaigama s'est encore plaint. 

"Dans cet état d'esprit, nous promouvons des intérêts individuels ou sectoriels au lieu de ce qui profite à tous", a poursuivi l'archevêque nigérian en faisant référence au complexe de supériorité et aux préjugés.

Dans l'homélie prononcée à la cathédrale Notre-Dame Reine du Nigeria à Abuja, l'archevêque a également regretté que les préjugés soient présents parmi les chrétiens de différentes confessions.

Retraçant l'origine des "préjugés confessionnels" des missionnaires qui ont apporté le christianisme à la nation ouest-africaine, Mgr Kaigama a plaidé pour une "interaction honnête et aimante et une étude objective de l'histoire de l'Église pour apporter la compréhension entre les chrétiens et fournir une opportunité de collaboration".

Selon l'archevêque, l'absence d'interaction avec l'histoire de l'Église dans le pays "perpétuera les préjugés hérités qui affectent l'unité des chrétiens et nous continuerons à nous voir sous un jour négatif et même à nous montrer très peu charitables".

Il a mis en garde les Nigérians contre la tendance à "se quereller, se disputer, se disputer et se battre sale verbalement et physiquement sur la religion".

"Essayons plutôt de nous surpasser les uns les autres en vivant les valeurs édifiantes de nos religions respectives", a déclaré l'archevêque de 62 ans, ajoutant : "Nous devrions demander une nouvelle et meilleure façon d'être nigérians, en traduisant nos convictions religieuses en bonnes actions, au-delà des rituels extérieurs, car la foi sans bonnes œuvres est morte. ”

La nation la plus peuplée d'Afrique a connu des violences liées à l'extrémisme religieux et à la violence interethnique.

Dans l'État de Taraba, au nord-est du pays, les membres des communautés Tiv et Jukun s'arment les uns contre les autres depuis 1959. 

Le groupe militant islamiste Boko Haram est également responsable de plusieurs cas de violence et d'enlèvements dans le pays, l'un des plus récents étant l'enlèvement de 300 garçons de l'école scientifique publique dans l'État de Katsina au Nigeria. 

Pour aller de l'avant, l'Ordinaire local d'Abuja a ensuite appelé les Nigérians à mettre fin à leurs différences et à travailler à ce qui est bénéfique pour tous. 

"Frères et sœurs, tenons-nous la main et ensemble, nous, Nigérians, pouvons gravir la plus haute colline et prouver à ceux qui souhaitent notre désintégration en tant que nation qu'ils ont tort. L'amour est le prix à payer", a déclaré Mgr Kaigama.

Il a poursuivi : "Nous devons élargir notre horizon. Celui ou celle qui n'aime pas son voisin vit dans l'obscurité".

Il a exhorté le peuple de Dieu de la nation la plus peuplée d'Afrique à "prier et veiller" face au niveau élevé d'insécurité dans le pays. 

"En ces temps difficiles d'insécurité, je pense à la vieille femme qui fait le signe de croix devant et derrière, prétendant que c'est pour éviter les dangers qui viennent devant et derrière. Aujourd'hui, les dangers viennent de tous les côtés", a déclaré l'archevêque nigérian. 

Il a ajouté : "Comme Josué, avec une foi ferme, marchons vers la nouvelle année, confiants que le Seigneur de l'histoire ne nous abandonnera pas".

Faisant référence au livre des Nombres, Mgr Kaigama a imploré les bénédictions de Dieu dans le pays en disant : "La face du Seigneur brillera sur nous, qu'il soit miséricordieux envers tous les Nigérians et nous donne sa paix afin que nous puissions avoir la transformation sociale souhaitée ; une transformation qui nous aide à valoriser chaque Nigérian et à ne pas nous traiter les uns les autres avec des préjugés religieux, ethniques et politiques". 

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]