L’ouverture aux femmes des ministères du Lectorat et de l’Acolytat par le pape François expliqué

Le pape François, le 21 avril 2019.
Credit: Daniel Ibanez/CNA.

Le 11 janvier, le pape François a publié un motu proprio (qui signifie "sur sa propre impulsion" en latin), modifiant le droit canonique concernant l'accès des femmes aux ministères de lectorat et d'acolytat. Il a également publié une lettre au chef doctrinal du Vatican, le cardinal Luis Ladaria, expliquant les raisons de cette décision.

Qu'est-ce qui a changé ?

Dans le document Spiritus Domini, le pape a modifié la loi de l'Eglise afin que les femmes puissent être officiellement instituées aux ministères laïcs de lecteur et d'acolyte.

Le pape a modifié la formulation du canon 230 §1 du Code de droit canonique, qui limitait auparavant les ministères aux hommes laïcs.

Il a remplacé l'expression "hommes laïcs" par "laïcs", de sorte que le canon se lit désormais comme suit "Les laïcs d'âge approprié et possédant les dons déterminés par décret de la Conférence épiscopale peuvent être affectés de façon permanente, au moyen du rite liturgique établi, aux ministères de lecteurs et d'acolytes ; toutefois, l'attribution d'un tel rôle ne leur donne pas droit à un soutien ou à une rémunération de la part de l'Église".

Mais les femmes ne sont-elles pas déjà autorisées à servir comme servants d'autel et lecteurs ?

Oui, dans de nombreuses régions du monde, les femmes servent et lisent la messe. Mais jusqu'à présent, elles n'étaient pas officiellement établies dans le rôle des rites liturgiques associés au ministère d'un acolyte ou d'un lecteur. Elles exerçaient ce rôle "par désignation temporaire", en vertu du canon 230 § 2 du Code de droit canonique.

Pourquoi les rôles de lecteur et d'acolyte étaient-ils auparavant réservés aux hommes ?

Les ministères étaient traditionnellement réservés aux hommes car ils étaient associés à ce que l'on appelait les "ordres mineurs" de la prêtrise : les étapes du cheminement vers l'ordination sacerdotale.

Mais en 1972, le pape Paul VI a eu l'intention d'abolir les ordres mineurs dans le motu proprio Ministeria quaedam. Dès lors, a-t-il dit, le lecteur et l'acolyte devraient être considérés comme des ministères, plutôt que comme des ordres mineurs. Lorsqu'ils sont conférés, écrit-il, il ne faut pas les appeler "ordination", mais plutôt "institution".

Avec la révision de 1983 du Code de droit canonique, le droit de l'Eglise a reconnu que les "laïcs" - hommes ou femmes - pouvaient "remplir la fonction de lecteur dans les actions liturgiques par désignation temporaire". Il a ajouté que "tous les laïcs peuvent également exercer les fonctions de commentateur ou de cantor, ou d'autres fonctions, selon la norme du droit".

Les femmes ont commencé à assumer les fonctions de lecteur et d'acolyte dans certaines parties du monde catholique, mais elles n'ont pas été officiellement instituées dans les ministères.

En 1994, la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements a confirmé que les évêques pouvaient autoriser les femmes à être servants d'autel.

Qu'est-ce qu'un lecteur ?

Un lecteur est une personne qui lit les Écritures à la congrégation lors de la messe (autre que l'Évangile, qui n'est proclamé que par les diacres et les prêtres).

Paul VI a expliqué que le lecteur est "institué pour la fonction, qui lui est propre, de lire la parole de Dieu dans l'assemblée liturgique".

"Le lecteur, sentant la responsabilité de l'office reçu, doit faire tout son possible et utiliser les moyens appropriés pour acquérir chaque jour plus pleinement l'amour doux et vif et la connaissance de la Sainte Écriture, afin de devenir un disciple plus parfait du Seigneur", a-t-il écrit.

Qu'est-ce qu'un acolyte ?

Après avoir aboli les ordres mineurs, le pape Paul VI a écrit qu'un acolyte était un ministère dans l'Église avec le "devoir de veiller au service de l'autel, d'aider le diacre et le prêtre dans les actions liturgiques, en particulier dans la célébration de la Sainte Messe".

Les responsabilités potentielles d'un acolyte comprennent la distribution de la Sainte Communion en tant que ministre extraordinaire si ces ministres ne sont pas présents, l'exposition publique de l'Eucharistie pour l'adoration dans des circonstances extraordinaires, et "l'instruction des autres fidèles qui, à titre temporaire, aident le diacre et le prêtre dans les services liturgiques en portant le missel, la croix, les cierges, etc.

Le Pape Paul VI a écrit : "L'acolyte, destiné de façon particulière au service de l'autel, apprend toutes ces notions concernant le culte public divin et s'efforce d'en comprendre le sens intime et spirituel : il peut ainsi s'offrir, chaque jour, complètement à Dieu et être, dans le temple, un exemple pour tous par son comportement sérieux et respectueux, et aussi avoir un amour sincère pour le corps mystique du Christ, ou peuple de Dieu, et surtout pour les faibles et les malades".

Quelles raisons le pape François a-t-il données pour justifier ces changements ?

Dans sa lettre apostolique, le pape a déclaré qu'un certain nombre de Synodes des évêques avaient "mis en évidence la nécessité d'approfondir le sujet sur le plan doctrinal" à la lumière des défis actuels et de la nécessité de soutenir l'évangélisation.

"En acceptant ces recommandations, un développement doctrinal a eu lieu ces dernières années qui a mis en évidence comment certains ministères institués par l'Eglise sont basés sur la condition commune d'être baptisé et le sacerdoce royal reçu dans le sacrement du baptême", a-t-il écrit.

Soulignant que ces ministères étaient différents du ministère ordonné, il a dit : "Une pratique consolidée dans l'Église latine a également confirmé, en fait, que ces ministères laïcs, puisqu'ils sont basés sur le sacrement du Baptême, peuvent être confiés à tous les fidèles appropriés, hommes ou femmes".

Cela ouvre-t-il la voie aux femmes prêtres ?

Dans sa lettre au Cardinal Ladaria, le Pape François a réitéré la déclaration de son prédécesseur Jean-Paul II dans la lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis de 1994, selon laquelle "l'Église n'a aucune autorité pour conférer l'ordination sacerdotale à des femmes".

Il a souligné la distinction entre "ministères ordonnés" et "ministères non-ordonnés", expliquant qu'"il est possible, et aujourd'hui il semble approprié" d'ouvrir les "ministères non-ordonnés" à la fois aux hommes et aux femmes.

Il a déclaré que la précédente réservation de ces ministères non-ordonnés aux hommes avait "sa propre signification dans un certain contexte mais peut être repensée dans de nouveaux contextes, ayant toujours comme critères la fidélité au mandat du Christ et la volonté de vivre et d'annoncer l'Evangile transmis par les Apôtres et confié à l'Eglise".

Qui supervisera les changements ?

Dans sa lettre au Cardinal Ladaria, le Pape François a déclaré que la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements serait chargée de guider les changements, en modifiant des parties du Missel Romain et le rite d'institution des conférenciers et des acolytes si nécessaire.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]