Vatican : Le pape François ouvre les ministères du Lectorat et de l’Acolytat aux femmes

Le pape François salue les pèlerins sur la place Saint-Pierre le 26 février 2020.
Credit: Daniel Ibanez/CNA.

Le pape François a publié lundi un motu proprio modifiant le droit canonique pour permettre aux femmes de servir de lecteurs et d'acolytes.

Dans le motu proprio "Spiritus Domini", publié le 11 janvier, le pape a modifié le canon 230 § 1 du Code de droit canonique pour qu'il se lise comme suit "Les laïcs d'âge approprié et possédant les dons déterminés par décret de la Conférence épiscopale peuvent être affectés de façon permanente, au moyen du rite liturgique établi, aux ministères du lectorat et d'acolytat ; toutefois, l'attribution d'un tel rôle ne leur donne pas droit à un soutien ou à une rémunération de la part de l'Église".

Avant ce changement, la loi disait auparavant que "les laïcs qui possèdent l'âge et les qualifications établis par décret de la conférence des évêques peuvent être admis sur une base stable, au moyen du rite liturgique prescrit, aux ministères de lecteur et d'acolyte".

Les rôles de lecteur et d'acolyte sont des ministères publiquement reconnus et institués par l'Église. Les rôles étaient autrefois considérés comme des "ordres mineurs" dans la tradition de l'Église et ont été changés en ministères par le pape Paul VI. Selon la loi de l'Église, "avant d'être promu au diaconat permanent ou transitoire, toute personne doit avoir reçu les ministères de lecteur et d'acolyte".

Le pape François a écrit une lettre au cardinal Luis Ladaria, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, expliquant sa décision d'admettre les femmes aux ministères de lecteur et d'acolyte.

Dans cette lettre, le pape a souligné la distinction entre les ministères "établis" (ou "laïcs") et les ministères "ordonnés"," et a exprimé l'espoir que l'ouverture de ces ministères laïcs aux femmes pourrait "mieux manifester la dignité baptismale commune des membres du peuple de Dieu".

Il a déclaré : L'apôtre Paul fait la distinction entre les dons de grâce et de charisme ("charismata") et les services ("diakoniai" - "ministère" [cf. Rm 12, 4ss et 1 Co 12, 12ss]). Selon la tradition de l'Église, les différentes formes que prennent les charismes lorsqu'ils sont reconnus publiquement et mis à la disposition de la communauté et de sa mission sous une forme stable sont appelées ministères", a écrit le pape dans la lettre publiée le 11 janvier.

"Dans certains cas, le ministère a son origine dans un sacrement spécifique, l'Ordre : ce sont les ministères "ordonnés", l'évêque, le presbytre, le diacre. Dans d'autres cas, le ministère est confié, par un acte liturgique de l'évêque, à une personne qui a reçu le Baptême et la Confirmation et dans laquelle des charismes spécifiques sont reconnus, après un parcours de préparation adéquat : on parle alors de ministères "institués"".

Le pape a noté qu'il y a "une urgence toujours plus grande aujourd'hui de redécouvrir la coresponsabilité de tous les baptisés dans l'Église, et en particulier la mission des laïcs".

Il a déclaré que le Synode des évêques de 2019 pour la région pan-amazonienne "a signalé la nécessité de réfléchir à de "nouvelles voies pour le ministère ecclésial", non seulement pour l'Église amazonienne, mais pour toute l'Église, dans la variété des situations".

"Il est urgent de les promouvoir et de conférer des ministères aux hommes et aux femmes ... C'est l'Église des hommes et des femmes baptisés que nous devons consolider en promouvant le ministère et, surtout, la conscience de la dignité baptismale", a déclaré le pape François, citant le document final du synode.

Le pape Paul VI a aboli les ordres mineurs (et le sous-diaconat) et a établi les ministères de lecteur et d'acolyte dans le motu proprio, "Ministeria quaedam", publié en 1972.

"L'acolyte est établi pour aider le diacre et pour exercer un ministère auprès du prêtre. Il est donc de son devoir de veiller au service de l'autel, d'aider le diacre et le prêtre dans les actions liturgiques, en particulier dans la célébration de la Sainte Messe", a écrit Paul VI.

Les responsabilités potentielles d'un acolyte comprennent la distribution de la Sainte Communion en tant que ministre extraordinaire si ces ministres ne sont pas présents, l'exposition publique du Sacrement de l'Eucharistie pour l'adoration des fidèles dans des circonstances extraordinaires, et "l'instruction des autres fidèles, qui, à titre temporaire, aident le diacre et le prêtre dans les services liturgiques en portant le missel, la croix, les cierges, etc.

"L'Acolyte, destiné de façon particulière au service de l'autel, apprend toutes ces notions concernant le culte public divin et s'efforce d'en comprendre la signification intime et spirituelle : il peut ainsi s'offrir, chaque jour, complètement à Dieu et être, dans le temple, un exemple pour tous par son comportement sérieux et respectueux, et aussi avoir un amour sincère pour le corps mystique du Christ, ou peuple de Dieu, et surtout pour les faibles et les malades", dit "Ministeria quaedam".

Dans ce décret, Paul VI écrit que le lecteur est "institué pour la charge, qui lui est propre, de lire la parole de Dieu dans l'assemblée liturgique".

"Le lecteur, sentant la responsabilité de l'office reçu, doit faire tout son possible et utiliser les moyens appropriés pour acquérir chaque jour plus pleinement l'amour doux et vif et la connaissance de la Sainte Écriture, afin de devenir un disciple plus parfait du Seigneur", dit-il.

Le pape François a déclaré dans sa lettre qu'il reviendrait aux conférences épiscopales locales d'établir des critères appropriés pour le discernement et la préparation des candidats aux ministères de lecteur et d'acolyte sur leur territoire.

"Offrir aux laïcs des deux sexes la possibilité d'accéder au ministère de l'acolyte et du lecteur, en vertu de leur participation au sacerdoce baptismal, augmentera la reconnaissance, également par un acte liturgique (institution), de la précieuse contribution que de nombreux laïcs, même des femmes, offrent à la vie et à la mission de l'Église", a déclaré le pape François.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]