Advertisement

Un archevêque sud-africain sollicite des prières pour son coadjuteur en soins intensifs pour COVID-19

Mgr Abel Gabuza, archevêque coadjuteur de Durban, qui lutte actuellement contre le COVID-19 en soins intensifs de l'hôpital. Domaine public Mgr Abel Gabuza, archevêque coadjuteur de Durban, qui lutte actuellement contre le COVID-19 en soins intensifs de l'hôpital.
Domaine public

L'archevêque de l'archidiocèse de Durban en Afrique du Sud, le cardinal Wilfrid Napier, lance un appel à la solidarité spirituelle avec Mgr Abel Gabuza qui se trouve dans l'unité de soins intensifs avec la deuxième souche de COVID-19.

"Veuillez prier pour l'archevêque coadjuteur de Durban, Mgr Abel Gabuza, qui a été testé positif au COVID-19 et qui est en soins intensifs", a déclaré le cardinal Napier dans un Tweet publié dimanche 10 janvier.

Le cardinal ajoute, en référence à une nouvelle mutation de COVID-19 identifiée comme variante 501.V2, "Comme nous apprenons vite, cette seconde souche peut avoir des effets dévastateurs". 

L'appel du cardinal Napier a suscité une série de messages de solidarité.

"Je souhaite à l'archevêque un prompt rétablissement. Je prie pour lui et pour tous ceux qui ont été engloutis par le virus Corona. Merci pour les informations, Votre Éminence", a tweeté Lawrence Kewu.

Advertisement

Le Père vu a tweeté le 11 janvier, "Prier pour Mgr Gabuza et pour tous les malades. Que le Seigneur entende nos prières et guérisse ceux qui ont le plus besoin de son amour et de sa miséricorde. ”

Christopher Walters indique, dans son Tweet, qu'il a déjà offert des prières pour l'archevêque qui se trouve en soins intensifs et ajoute : "+Gabuza était mon curé à Lyttelton il y a une demi-vie.

"Avec l'aide du Saint-Esprit, le Seigneur qui donne la vie, il sera guéri. Nous prions et nous croyons", a déclaré Vicky Mekute dans un tweet.

L'hospitalisation de l'archevêque de 65 ans survient au moment où les dirigeants de l'Église catholique d'Afrique du Sud expriment de sérieuses inquiétudes quant à la nouvelle variante de COVID-19.

La nouvelle variante de COVID-19 a coûté la vie à six sœurs catholiques des Filles de Saint-François à Port Shepstone, dans le diocèse de Marianhill, qui ont succombé "en l'espace d'une semaine, du 10 au 17 décembre 2020", rapporte la Conférence des sœurs catholiques du pays.

More in Afrique

"C'est un rappel très douloureux que le fléau de COVID-19 n'a pas encore réduit sa dévastation pour les communautés et la société en général", ont déclaré les responsables de la Conférence des dirigeants de la vie consacrée (LCCLSA) dans leur déclaration du 18 décembre partagée avec ACI Afrique.

Après la mort des Sœurs, la direction de la LCCLSA a appelé "toutes les congrégations et communautés religieuses à être particulièrement vigilantes et prudentes face à la deuxième vague de la pandémie, mortelle et subtile".

"Aucun d'entre nous n'est immunisé contre cette pandémie", a déclaré le président de la LCCLSA, M. Nkhensani Shibambu, en ajoutant : "Nous restons notre meilleure défense contre le virus et le moins que nous puissions faire est de continuer à adhérer aux protocoles de sécurité de la prévention et du confinement de la COVID-19".

Pour protéger les sœurs catholiques de la pandémie, la Commission Justice et Paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) a collaboré avec les Nations unies à la distribution d'équipements de protection individuelle (EPI) à divers couvents du pays.

Dans un post du 9 janvier sur Facebook, les dirigeants de la Commission ont annoncé qu'ils avaient déjà distribué des "camions d'EPP" aux sœurs catholiques des provinces de Gauteng et de l'État libre et qu'ils prévoyaient de faire des livraisons similaires aux sœurs du Cap-Oriental, du Cap Occidental et du Kwazulu Natal.

Advertisement

La résurgence de la pandémie, qui a jusqu'à présent infecté 1,21 million de personnes et fait 32 824 victimes, a vu le président Cyril Ramaphosa annoncer, le 28 décembre 2020, un retour au niveau trois de confinement, caractérisé par des heures de couvre-feu plus longues et une interdiction de 14 jours de tous les rassemblements, y compris les rassemblements religieux.

Les restrictions ont vu certaines juridictions ecclésiastiques fermer des églises et suspendre les liturgies et les rassemblements publics.

Le 29 décembre 2020, l'archevêque de l'archidiocèse de Pretoria, Dabula Anthony Mpako, a annoncé la fermeture de toutes les églises pour les services liturgiques publics, une décision qui, selon lui, sera revue après les 14 jours prescrits par le président Ramaphosa.

Le même jour, l'évêque auxiliaire du Cap, Sylvester David, a annoncé que les messes, réunions et rassemblements publics - à l'exception des funérailles - dans sa juridiction sont "interdits jusqu'au 15 janvier 2021, date à laquelle le président de l'État fera une nouvelle annonce".

Dans le diocèse de Manzini au Swaziland, qui dépend de l'archidiocèse métropolitain de Johannesburg en Afrique du Sud, l'évêque José Luis Ponce de León a suspendu le 8 janvier la célébration des liturgies publiques conformément à l'interdiction du gouvernement de toute forme de rassemblement, suite à une augmentation des cas de COVID-19 signalés.