Advertisement

Selon un prêtre missionnaire en Ouganda, vivre une vie simple peut aider à préserver l'environnement

Logo du Service des réfugiés Don Bosco à Palabek, Ouganda Salésiens de Don Bosco Logo du Service des réfugiés Don Bosco à Palabek, Ouganda
Salésiens de Don Bosco

Le monde a beaucoup à apprendre des religieux et des personnes consacrées qui mènent une vie simple et qui, ce faisant, contribuent à préserver la nature et à protéger la terre, a déclaré un clerc missionnaire salésien exerçant son ministère parmi les réfugiés en Ouganda.

Dans une réflexion partagée avec ACI Afrique jeudi 28 janvier, le directeur de Don Bosco Refugee Services à Palabek, en Ouganda, le père Lazar Arasu, attribue l'augmentation de la destruction de l'environnement à "un consumérisme et un matérialisme extrêmes" qui, selon lui, passionnent le monde.

"Aujourd'hui, le monde est profondément plongé dans le consumérisme et le matérialisme extrêmes qui poussent souvent les gens à devenir avides et égocentriques. Cela se produit souvent de manière inconsciente et irréfléchie", dit le père Arasu, en présentant le contraste entre les religieux et religieuses qui, selon lui, pratiquent "les conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d'obéissance".

Il ajoute : "Avant de prendre conscience de notre propre avidité, nous avons appris à nous complaire dans la satisfaction de notre appétit pour toujours plus de plaisir et d'accumulation de choses matérielles. Tout cela au prix de la destruction de la nature et de toutes les ressources naturelles possibles qui devraient également être préservées pour de nombreuses générations à venir".

Le prêtre salésien se souvient des débuts de nombreux ordres religieux, dont les fondateurs étaient à la tête de charismes qui cherchaient à favoriser le soin de l'humanité et de la création de Dieu.

Advertisement

Il donne l'exemple de saint François qui a enseigné à l'Église la valeur de la pauvreté et de la simplicité par le charisme franciscain ; de saint Ignace de Loyola et de sa Compagnie de Jésus qui ont soutenu l'Église pendant la réforme ; et plus récemment, de saint Jean Bosco qui a pris soin de nombreux orphelins au plus fort de la révolution industrielle en Europe.

"N'oublions pas non plus les nombreuses autres sociétés missionnaires qui ont évangélisé les gens dans des endroits difficiles du monde", déclare l'Ecclésiaste missionnaire né en Inde.

L'autre figure clé de la Vie Religieuse qui a consacré sa vie au soin de l'environnement était Sainte Hildegarde de Bingen qui, selon le Père Arasu, "avait un sens profond de la relation avec la terre".

"Pour elle, la terre était quelque chose de sacré et de précieux, à chérir et à protéger : notre maison. Elle parle de l'écologisation (viriditas) de l'univers, débordant de vie, de vitalité et de créativité. Elle réveille en nous le rythme du cosmos", raconte le clerc dans sa réflexion du 28 janvier.

Il ajoute : "Pour Hildegard, Dieu a créé l'humanité afin que nous puissions "cultiver le terrestre et ainsi créer le céleste". Dieu nous a créés pour panser les blessures de la terre".

More in Afrique

Le clerc rappelle que Saint François d'Assise du XIIe siècle considérait ses semblables, le soleil et la lune, comme un frère et une sœur.

"Il (saint François d'Assise) a intégré toutes les choses de la terre dans sa prière et sa vie quotidienne", dit le père Arasu.

Il cite la deuxième lettre encyclique du Pape François, Laudato Si, disant que St François "est l'exemple par excellence de l'attention aux personnes vulnérables et d'une écologie intégrale vécue dans la joie et l'authenticité".

Selon le Saint-Père, saint François a vécu dans la simplicité et dans une merveilleuse harmonie avec Dieu, avec les autres, avec la nature et avec lui-même.

"Il nous montre à quel point le lien est inséparable entre le souci de la nature, la justice pour les pauvres, l'engagement envers la société et la paix intérieure", dit le pape François dans Laudato Si.

Advertisement

Dans sa réflexion du 28 janvier partagée avec l'ACI Afrique, le père Arasu met également en avant le travail du frère Carlo Carretto, un mystique et activiste social "de notre temps" dont les écrits ont promu le soin de l'environnement.

Dans sa biographie fictive, moi, François, Frère Carlo fait répondre saint François : "C'est un péché terrible que vous avez commis tout autour de vous, et je ne sais pas si vous pouvez encore être sauvé ou non. Vous avez violé les forêts, souillé les mers, tout pillé comme une bande de bandits. Et maintenant que vous avez presque tout détruit, vous m'avez nommé saint patron de l'écologie. Vous devez admettre qu'il est un peu tard".

Selon l'Ecclésiaste missionnaire salésien, la surconsommation de biens matériels épuise les ressources de la terre, qui doivent être préservées pour la génération future.

"Jeter la culture est contre la charité et l'amour fraternel ; c'est égoïste et vaniteux et inconsidéré envers les moins fortunés et nos générations futures", dit-il.

Pour ne pas abuser des ressources de la terre au détriment de ceux qui n'ont rien, le membre des Salésiens de Don Bosco (SDB) conseille aux gens de n'acquérir que ce dont ils ont besoin pour survivre.

Nous pouvons changer les choses en menant une vie simple et frugale, en utilisant des choses disponibles localement, en acquérant des choses strictement nécessaires à la vie quotidienne, en prenant conscience de nos propres erreurs et "péchés" environnementaux et en éduquant les autres à prendre soin de la terre", dit-il.

Le directeur d'un camp de réfugiés qui a accueilli pendant plus de trois ans des réfugiés de diverses régions de l'Ouganda et de la région voisine de South Susan félicite les religieux et les personnes consacrées pour leur grand don à l'Église et au monde.

"Par la pratique des conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d'obéissance, ils (les religieux et les personnes consacrées) témoignent d'une vie évangélique authentique. Ils sont une lumière brillante dans un monde qui est plongé dans le matérialisme, la consommation et la recherche du plaisir, le tout apparenté à l'idolâtrie et à l'athéisme", dit le clerc dans sa réflexion intitulée Vie religieuse et préoccupations écologiques.

Il ajoute : "Les religieux et religieuses consacrent leur vie à élever les pauvres et les nécessiteux, en particulier dans les domaines indispensables de l'éducation, des soins de santé et dans d'autres domaines socio-économiques et judiciaires. ”

Le père Arasu dit que les religieux et les personnes consacrées sont en contact avec les gens à la base.

Souvent, dit-il, ils sont les leaders d'opinion réfléchis des communautés de base en tant qu'éducateurs et travailleurs sociaux et sont capables de combiner leurs études en philosophie et autres études laïques avec la pensée et la spiritualité chrétiennes.

De nombreux religieux et religieuses, dit le clerc, ont eu le privilège d'étudier des sujets tels que l'éco-philosophie et l'éco-théologie et, à leur tour, ils éduquent les masses aux meilleures pratiques qui préserveraient la nature et protégeraient la terre.

Le clerc salésien est optimiste quant au fait que de nombreuses congrégations religieuses et sociétés de vie apostolique s'intéresseront davantage à l'environnement. 

Il ajoute : "J'ai souvent pensé qu'il était grand temps qu'une société religieuse s'établisse dans l'Église avec le charisme exclusif de protéger l'environnement et de prendre soin de la terre. C'est sûrement être un prophète à notre époque".