Advertisement

Un enseignant catholique au Soudan du Sud s'inquiète du risque de mariages précoces en raison d'un confinement prolongé

Drapeau du Soudan du Sud Domaine public Drapeau du Soudan du Sud
Domaine public

Alors que les écoles du Soudan du Sud restent fermées en raison d'un nouveau verrouillage dans ce pays d'Afrique centrale et orientale, un enseignant catholique du diocèse de Yei s'inquiète du fait que la situation expose les enfants scolarisés à divers problèmes, notamment les grossesses et les mariages précoces.

Le 3 février, le Soudan du Sud a adopté de nouvelles mesures de confinement, ordonnant la fermeture de toutes les écoles maternelles, écoles, universités et autres établissements d'enseignement.

Parmi les personnes exemptées par les nouvelles mesures figurent les classes prévues pour les examens "avec observation de mesures de protection strictes".

S'adressant aux médias locaux lors de la supervision des examens de l'école primaire qui doivent se terminer vendredi 12 février, M. Samuel Maude de l'école primaire Christ the King a déclaré que des grossesses précoces avaient déjà été enregistrées chez les filles scolarisées lors du premier confinement COVID-19 dans le pays suite à l'apparition du coronavirus.

"Si ce verrouillage COVID-19 reste plus longtemps comme l'année dernière, nous aurons plus de problèmes de grossesse. L'année dernière, beaucoup de nos élèves âgées de 13 ans et moins sont tombées enceintes à la maison", a déclaré M. Maude mercredi 10 février.

Advertisement

Le professeur catholique a expliqué : "Il ne s'agit pas seulement des enfants de l'école primaire. Même les filles des écoles secondaires ont été touchées et la situation pourrait s'aggraver. Nous allons finir par perdre tant d'élèves".

L'année dernière, l'organisation SPIDO (Support Peace Development Initiative Organization) a documenté 1 535 cas de mariages d'enfants et de grossesses d'adolescentes depuis que le SudSoudan a fermé les écoles à la mi-mars comme mesure préventive contre la pandémie COVID-19.

Préoccupée par la situation de cette année, Maude a lancé un appel : "J'aimerais que le gouvernement puisse garder les écoles ouvertes afin d'éloigner les filles des dangers auxquels elles sont confrontées en dehors de la classe. Je crains que si elles restent éloignées jusqu'en avril, beaucoup de nos filles ne reviendront pas à l'école".

"J'ai vu à plusieurs reprises cette question des grossesses précoces et de la drogue comme un revers pour les écoliers", ont rappelé les enseignants catholiques.

Il a ajouté : "Nous avons des apprenants qui se sont inscrits en huitième primaire, mais qui ont actuellement abandonné avant de se présenter à l'examen final parce qu'ils sont restés chez eux pendant de nombreux mois".

More in Afrique

Le pays, qui a neuf ans, est aux prises avec des indicateurs d'éducation parmi les plus faibles.

Plus de la moitié des enfants en âge de fréquenter l'école primaire et le premier cycle du secondaire n'ont pas accès à l'éducation. Le taux d'alphabétisation des adultes est d'environ 32 %. Pour les femmes, il est de 25 %.