Advertisement

Les bénéficiaires d’une initiative des soeurs catholiques pour l'éducation créant des emplois en Afrique

Formal/informal
Quelques-uns des bénéficiaires des projets entrepreneuriaux des anciens de l'ASEC en Afrique. African Sisters Education Collaborative (ASEC) Formal/informal Quelques-uns des bénéficiaires des projets entrepreneuriaux des anciens de l'ASEC en Afrique.
African Sisters Education Collaborative (ASEC)

Les bénéficiaires de l'African Sisters Education Collaborative (ASEC), une initiative qui soutient l'éducation des femmes religieuses à travers l'Afrique, créent des emplois pour des milliers de personnes en Afrique grâce à divers projets entrepreneuriaux, ont rapporté les responsables de l'entité catholique.

"Les projets initiés par les anciennes sœurs de l'ASEC ont créé plus de 3 800 emplois dans des communautés rurales africaines mal desservies. Les entreprises fondées et gérées par ces sœurs, qui ont l'esprit d'entreprise et ont reçu une éducation, ont créé des emplois qui réduisent la pauvreté au sein même de leurs communautés", indiquent les responsables de l'ASEC dans le rapport du mardi23 février.

Dans le rapport, la direction de l'ASEC met en lumière les activités de quatre religieuses catholiques qui offrent des possibilités d'emploi à des habitants de l'Ouganda, de la Tanzanie, du Nigeria et du Ghana.

En Ouganda, pays d'Afrique de l'Est, Sœur Maria Teopista Namigga, bénéficiaire de l'ASEC, est la directrice de la boulangerie de pain des sœurs Cabana qui a offert des possibilités d'emploi à 30 personnes, "dont beaucoup sont des orphelins et des jeunes déscolarisés qui doivent subvenir à leurs besoins".

Membre de l'Institut des Sœurs du Cœur Immaculé de Marie Réparatrice (IHMR), Sœur Namigga est une ancienne élève du programme Sisters Leadership Development Initiative (SLDI) de l'ASEC, qui offre une formation au leadership et à la technologie aux sœurs catholiques d'Afrique.

Advertisement

Elle est également bénéficiaire en 2016 du programme Higher Education for Sisters in Africa (HESA), une initiative de l'ASEC qui offre aux sœurs catholiques la possibilité d'étudier pour leur diplôme, leur licence et leur master en Afrique ou en ligne aux États-Unis dans des domaines pertinents pour leurs ministères respectifs.

Grâce à la HESA, la religieuse d'origine ougandaise a pu obtenir un diplôme en leadership et gestion des ressources au TangazaUniversity College (TUC), l'institution catholique basée à Nairobi et détenue conjointement par 22 ordres religieux.

L'éducation de Sr Namigga "lui a permis de créer des emplois pour sa communauté", affirment les responsables de l'ASEC dans le rapport et ajoutent que la boulangerie produit environ 70 à 80 pains par jour pour la communauté locale, dont la moitié nourrit les enfants des écoles locales.

Les compétences en gestion acquises dans le cadre du diplôme ont également permis à la bénéficiaire de l'ASEC de gérer la boulangerie de manière rentable et de fournir un revenu supplémentaire à sa congrégation, tout en lui permettant d'épargner suffisamment pour payer certains frais de scolarité des employés.

More in Afrique

En plus d'offrir des emplois, la boulangerie située dans le diocèse ougandais de Kiyinda-Mityana sert également de lieu de formation à l'école technique locale, où les étudiants "peuvent acquérir une expérience pratique sur le terrain", ajoutent les responsables de l'initiative basée aux ÉtatsUnis.

En Tanzanie voisine, une autre ancienne élève de l'IDSL 2009 "a utilisé ses compétences nouvellement acquises en administration et en gestion de projet pour prendre en charge de grands projets d'amélioration des infrastructures" dans le pays.

Grâce à l'initiative de Sœur Benedicta Anslem, sa congrégation, les Sœurs évangélisatrices de Marie (ESM), a organisé en un an un séminaire qui a employé 21 personnes et formé 300 femmes à la gestion de la maison et à l'autonomie.

La congrégation religieuse de Nairobi a également facilité la construction de trois salles de classe, une entreprise qui a permis d'employer 24 personnes et d'éduquer 600 enfants.

La même année, les dirigeants de la MSE ont également facilité la construction d'une station de pompage d'eau solaire qui a employé 30 personnes et continue de servir près de 4 000 personnes, indique le rapport intitulé "Les femmes peu probables créent des emplois et réduisent la pauvreté en Afrique".

Advertisement

"Non seulement ces projets ont fourni des emplois immédiats dans la construction, mais une fois terminés, ils ont continué à fournir des emplois significatifs à des dizaines de personnes à travers la Tanzanie", affirment les responsables de l'entité catholique de 22 ans.

Dans la nation ouest-africaine du Nigeria, Sr. Helen's Sewing Centre après avoir terminé son programme SLDI en 2009, dans le but de "employer spécifiquement les pauvres".

"Grâce aux compétences budgétaires que j'ai acquises dans le cadre du programme SLDI, j'ai pu contrôler et utiliser nos ressources de manière très judicieuse", a déclaré Sœur Elom, membre des Sœurs de Jésus le Bon Pasteur (SJGS), dans le rapport.

Elle ajoute qu'elle a acquis d'autres compétences telles que le leadership, l'animation, la constitution d'équipes et l'évaluation des types de personnalité et des besoins, qui ont renforcé son nouvel apostolat. 

Sœur Elom a utilisé les bénéfices du centre de couture de Sainte Hélène pour acheter du matériel supplémentaire et ouvrir des comptes d'épargne personnels pour ses huit employés afin de les aider à planifier leur avenir.

"Les succès personnels des employés du centre vont du remboursement de dettes médicales à l'achèvement de travaux d'amélioration de la maison et à la réinscription de leurs enfants à l'école", racontent les responsables de l'ASEC dans le rapport.

Au Ghana, Sœur Stephany Ayomah, bénéficiaire de l'IDSL 2009, "améliore la nutrition, réduit la pauvreté et crée des emplois dans sa communauté locale grâce à de multiples projets de développement humain axés sur l'autonomisation économique, l'égalité des sexes et les soins de santé", déclare la direction de l'ASEC.

Sœur Ayomah, membre des Sœurs de Marie Immaculée (SMI), exerce son travail dans la zone rurale d'Ordorme, dans le district de Nanumba North au Ghana, qui est "négligée par l'aide gouvernementale et les organisations non gouvernementales (ONG)".

"Les taux de pauvreté sont élevés et le régime alimentaire est pauvre à Ordorme, mais Sœur Stephany s'est engagée à améliorer la vie de ses voisins grâce au projet d'autonomisation des femmes rurales d'Ordorme", affirment les responsables de l'ASEC dans le rapport du 23 février.

Ils ajoutent : "Le projet a commencé par des réunions sous un manguier et s'est développé depuis pour devenir une salle de réunion d'une capacité de 200 personnes, financée par une subvention obtenue par Sœur Stephany. Grâce à ce groupe, les femmes locales peuvent acquérir une variété de compétences génératrices de revenus, comme la fabrication de savon et l'agriculture".

Le rapport indique également que Sœur Ayomah a obtenu une subvention pour construire un bâtiment et acheter un four pour la boulangerie Ordome, qui "sert non seulement de source de revenus pour sa congrégation, mais fournit également des emplois aux jeunes, qui utilisent leurs gains pour poursuivre leurs études".

"Maintenant, Sœur Stephany a des projets pour une unité nutritionnelle à la clinique qui servira les mères et les enfants gravement sous-alimentés et créera également plus d'emplois dans sa communauté", disent encore les responsables de l'initiative d'éducation basée en Pennsylvanie.

"Les participants au programme ASEC ont appliqué leur éducation et leurs compétences à la création et au maintien d'emplois. Les projets des anciens élèves de SLDI et HESA ont créé des milliers d'emplois dans les communautés rurales africaines mal desservies", déclare la direction de l'entité catholique et invite le peuple de Dieu à soutenir l'éducation des sœurs catholiques en Afrique.

Créée le 8 décembre 1999 par quatre universités catholiques des États-Unis et leurs ordres religieux respectifs, l'ASEC a pour mission de faciliter l'accès à l'éducation des femmes religieuses en Afrique, en vue d'améliorer et d'étendre les services qu'elles fournissent dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'économie, du social, de l'environnement et de la spiritualité.

Au cours des 22 dernières années, l'ASEC a facilité l'éducation d'au moins 5 300 sœurs réparties dans 10 pays d'Afrique subsaharienne.