Advertisement

Le pape François condamne l'enlèvement de centaines d'écolières nigérianes et exprime sa solidarité

Le pape François s'adressant aux fidèles réunis sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 28 février. Eternal Word Television Network (EWTN) Le pape François s'adressant aux fidèles réunis sur la place Saint-Pierre, au Vatican, le 28 février.
Eternal Word Television Network (EWTN)

Le pape François a condamné l'enlèvement de centaines d'écolières la semaine dernière dans la province ecclésiastique de Kaduna au Nigeria, le qualifiant de "vil enlèvement".

Dans son message après l'Angélus, le dimanche 28 février, le Saint-Père a également exprimé sa solidarité avec les filles et les membres de leurs familles respectives.

"Chers frères et sœurs ! Je joins ma voix à celle des évêques du Nigeria pour condamner l'infâme enlèvement de 317 filles, arrachées à leur école, à Jangebe, dans le nord-ouest du pays", a déclaré le pape François.

Il a ajouté : "Je prie pour ces filles, afin qu'elles puissent retourner chez elles bientôt. Je suis proche de leurs familles et des filles elles-mêmes".

Le Saint-Père a ensuite dirigé l'audience réunie sur la place Saint-Pierre du Vatican pour demander l'intercession de la Vierge pour la sécurité des jeunes filles, en récitant la prière du "Je vous salue Marie". ”

Advertisement

Les 317 filles ont été enlevées dans la nuit du vendredi 26 février lorsque des hommes armés ont pris d'assaut l'école secondaire publique de filles de Jangebe, dans l'État de Zamfara, vers 1 heure du matin, heure locale, et ont commencé à tirer sans discernement.

Selon le commissaire à l'information de l'État, Sulaiman Tanau Anka, les hommes armés se sont échappés avec les filles en utilisant des véhicules ainsi qu'à pied. 

Les forces de sécurité nigérianes ont depuis lancé une recherche pour retrouver les filles.

L'enlèvement du 26 février survient quelques jours après un incident similaire dans l'État voisin du Niger, où des bandits ont attaqué une école secondaire scientifique publique dans le district de Kagara et enlevé 42 personnes, dont 27 étudiants, trois membres du personnel et 12 membres de leur famille.

Un étudiant serait mort lors de l'incident du 17 février, qui s'est produit dans la province ecclésiastique de Kaduna.

More in Afrique

Les 42 ont été libérés le 27 février et reçus par des fonctionnaires du gouvernement de l'État, le gouverneur de l'État du Niger, Abubakar Sani Bello a tweeté.

Suite à l'enlèvement du 17 février, les évêques catholiques de ce pays d'Afrique de l'Ouest ont exprimé leur inquiétude face à ce qu'ils ont appelé des "crises persistantes" qui affligent les Nigérians, déclarant que "la nation est en train de s'effondrer". 

Soulignant les enlèvements, les assassinats, le banditisme, les vols à main armée et les meurtres parmi les multiples "crises persistantes", les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont déclaré : "Nous sommes vraiment au bord d'un effondrement imminent. La nation est en train de s'effondrer. ”

Dans leur déclaration du 23 février obtenue par ACI Afrique, les membres du CBCN ont noté "avec une profonde tristesse" l'insécurité dans l'Etat du Niger, déclarant que les développements dans la région "exposent notre vulnérabilité collective".

Pour aller de l'avant, ils ont recommandé "une réunion formelle d'hommes et de femmes d'État de tous bords pour que nous réfléchissions aux défis qui semblent prêts à nous pousser dans l'abîme".

Advertisement

Ils ont appelé le gouvernement dirigé par le président Muhammadu Buhari à "se montrer à la hauteur de son obligation de gouverner la nation ; non pas en fonction de préjugés ethniques et religieux, mais selon les principes objectifs et positifs de justice, d'équité et, surtout, d'impartialité".

"Nous nous soumettons aux directives de Dieu le Père tout-puissant pour nous remplir de la sagesse et du courage nécessaires pour nous retirer de ce bord de l'effondrement", ont déclaré les membres du CBCN dans leur déclaration collective.

Pour sa part, l'archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, Mgr Ignatius Kaigama, a exhorté le peuple de Dieu à "prier également pour la libération en toute sécurité de toutes les personnes enlevées, en particulier les plus de 300 écolières enlevées à Jangebe, dans l'État de Zamfara".

"Nous prions pour que nos autorités prennent des mesures plus concrètes et immédiates pour assurer une sécurité nationale globale", a déclaré Mgr Kaigama dans son homélie du dimanche 28 février à la Sainte Trinité, paroisse Maitama de l'archidiocèse d'Abuja.