Advertisement

Au Nigeria, libération en toute sécurité des écolières nigérianes enlevées la semaine dernière

Les filles de Zamfara reçues dans un bâtiment du gouvernement après leur libération Photo de courtoisie Les filles de Zamfara reçues dans un bâtiment du gouvernement après leur libération
Photo de courtoisie

Les écolières nigérianes qui avaient été enlevées vendredi dernier à l'école secondaire publique de filles (GGSS) de Jangebe, dans l'État de Zamfara, dans la province ecclésiastique de Kaduna, ont été libérées.

La nuit du 26 février, des centaines d'écolières ont été enlevées après que des hommes armés aient pris d'assaut l'école et commencé à tirer. 

"Alhamdulillah ! Cela me réjouit d'annoncer la libération des étudiants enlevés du GGSS Jangebe", a annoncé le gouverneur de l'État de Zamfara, Bello Matawalle, dans un Tweet du mardi 1er mars.

Le gouverneur Matawalle a ajouté que l'obtention de la libération des filles impliquait "la mise en place de plusieurs obstacles à nos efforts. ”

"J'enjoins tous les Nigérians bien intentionnés à se réjouir avec nous car nos filles sont maintenant en sécurité", a ajouté le gouverneur.  

Advertisement

Selon un rapport de la BBC News, un total de 279 étudiants du GGSS Jangebe ont été libérés après des négociations entre le gouvernement et les ravisseurs.

Au départ, le nombre de personnes enlevées était de 317, un chiffre que les responsables de l'État du Zamfara ont déclaré inexact.  

Le 28 février, le pape François a condamné l'enlèvement, le qualifiant de "vil enlèvement" et a exprimé sa solidarité avec les jeunes filles et leurs familles respectives.

 "Chers frères et sœurs ! Je joins ma voix à celle des évêques du Nigeria pour condamner le vil enlèvement de 317 filles, enlevées de leur école", a déclaré le pape François après avoir prié l'Angélus.  

"Je prie pour ces filles, afin qu'elles puissent retourner chez elles bientôt", a dit le Pontife et a récité la prière du "Je vous salue Marie", en demandant l'intercession de la Vierge pour la sécurité des filles.  

More in Afrique

Les écoles de ce pays d'Afrique de l'Ouest sont de plus en plus souvent la cible d'attaques armées et d'enlèvements.

Une semaine avant l'enlèvement des filles de Zamfara, des bandits ont attaqué l'école secondaire scientifique publique de Kagara, dans l'État voisin du Niger, et ont enlevé 42 personnes, dont 27 étudiants, trois membres du personnel et 12 membres de leur famille.

Les 42 ont retrouvé leur liberté le 27 février et ont été reçus par des représentants du gouvernement de l'État, le gouverneur de l'État du Niger,AbubakarSani Bello a tweeté.

Le gouvernement a nié avoir payé une rançon aux ravisseurs pour assurer la libération des 279 écolières.  

Cependant, dans une déclaration du vendredi 26 février, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a appelé les gouvernements des États à "revoir leur politique consistant à récompenser les bandits avec de l'argent et des véhicules".

Advertisement

Le président a déclaré qu'"une telle politique peut se retourner contre elle et avoir des conséquences désastreuses".

Pendant ce temps, dans leur déclaration du 23 février, les évêques catholiques du Nigeria ont exprimé leurs préoccupations concernant les "crises persistantes" qui affligent les Nigérians, affirmant que le pays "s'effondre".

Soulignant les enlèvements, le banditisme, les vols à main armée et les meurtres parmi les multiples "crises persistantes", les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont déclaré que le pays est "vraiment au bord de l'effondrement".

Pour aller de l'avant, les membres du CBCN ont recommandé "une réunion formelle d'hommes et de femmes d'État de tous bords pour que nous réfléchissions aux défis qui semblent prêts à nous pousser dans l'abîme".

Ils ont appelé le gouvernement dirigé par le président Muhammadu Buhari à "se montrer à la hauteur de son obligation de gouverner la nation ; non pas en fonction de préjugés ethniques et religieux, mais selon les principes objectifs et positifs de justice, d'équité et surtout d'impartialité".

"Nous nous soumettons aux directives de Dieu le Père tout-puissant pour nous remplir de la sagesse et du courage nécessaires pour nous retirer de ce gouffre", ont déclaré les évêques catholiques du Nigeria dans leur déclaration collective du 23 février.