Advertisement

Le Mouvement catholique mondial pour la paix demande justice pour l'ambassadeur italien assassiné en RD Congo

La direction de Pax Christi International, un mouvement catholique mondial pour la paix, a appelé le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) à traduire en justice les assassins de l'ambassadeur italien dans le pays, Luca Attanasio.

L'ambassadeur, son garde du corps d'origine italienne, Vittorio Iacovacci, et son chauffeur congolais, Mustafa Milambo, ont été tués le 22 février dans une embuscade contre un convoi des Nations Unies dans l'est de la RDC.

"Pax Christi International et ses membres dans la région des Grands Lacs condamnent fermement cet acte méprisable et appellent le gouvernement de la RDC à traduire en justice les auteurs de ce meurtre", affirment les responsables du mouvement dans leur déclaration du jeudi 4 mars.

Les fonctionnaires adressent également leurs "sincères condoléances" à la famille du défunt ambassadeur, au gouvernement italien, à la famille du garde du corps du diplomate et à son chauffeur congolais.

Dans la déclaration obtenue par ACI Afrique, les responsables de l'entité catholique basée à

Advertisement

Bruxelles et ses membres dans la région des Grands Lacs d'Afrique "se joignent à l'appel du

Secrétaire général des Nations Unies, au gouvernement de la République démocratique du Congo pour enquêter rapidement sur cette odieuse prise pour cible de cette mission conjointe des Nations Unies sur le terrain".  

Pour les dirigeants de ce mouvement de 120 membres, "ce terrorisme, longtemps critiqué par les membres du réseau Pax Christi dans la région des Grands Lacs à l'Est de la République démocratique du Congo, vient d'atteindre son paroxysme au début de l'année 2021".

"Actuellement, ce fléau insidieux qui envahit le territoire congolais depuis trente ans n'épargne personne. Presque chaque semaine, il y a des attaques et des pertes de vies humaines innocentes", déplorent les responsables de Pax Christi, qui ajoutent : "En effet, dans les villages comme dans les villes, les assassinats, les enlèvements, les vols à main armée et autres actes de terrorisme sont devenus légion".

Ils ajoutent : "Des groupes armés naissent régulièrement et pillent les biens des populations, faisant d'innombrables victimes".

More in Afrique

Dans la déclaration du 4 mars, les responsables du mouvement catholique expriment leur soutien aux "jeunes membres" des clubs de paix supervisés par l'ONG Africa Reconciled, ainsi qu'aux membres de Pax Christi "qui continuent à promouvoir la paix, la sécurité, la lutte contre le crime organisé, l'unité, la cohabitation pacifique et la réconciliation".

"Avec la société civile, ils continuent d'appeler les autorités congolaises et la communauté internationale à tout mettre en œuvre pour éradiquer les groupes armés qui endeuillent la population et étouffent l'économie nationale", déclarent les responsables en faisant référence aux clubs de paix et aux membres de Pax Christi.

Les responsables du mouvement pacifiste, vieux de 76 ans, regrettent cependant que malgré les efforts de leurs collaborateurs, "aucun résultat substantiel n'ait été observé sur les terres où la situation est plutôt de mauvaise à pire".

Les responsables de Pax Christi font partie des acteurs religieux qui ont récemment condamné l'assassinat du diplomate italien de 43 ans, présenté comme un partisan des missionnaires et des volontaires de la nation centrafricaine.

Le pape François a salué le "témoignage exemplaire" de l'ambassadeur italien, et le "service expert et généreux" du policier, tous deux tués dans l'attentat du 22 février.

Advertisement

Dans son télégramme du mardi 23 février au président italien Sergio Mattarella, le Saint-Père a exprimé sa tristesse suite à ce meurtre, décrivant ceux qui ont été tués comme des "serviteurs de la paix".

Selon le pape François, Luca, père de trois enfants, était un chrétien qui s'était engagé à établir "des relations fraternelles et cordiales, à rétablir des relations sereines et harmonieuses au cœur du pays africain".

Pour le nonce apostolique en RDC, l'archevêque Ettore Balestrero, le meurtre de l'ambassadeur "n'est pas et ne doit pas être vain".

"En fait, ce doit être un appel à ne pas s'habituer au mal mais plutôt à résister au mal et à la douleur, surtout là où ils semblent avoir élu domicile, avec leur triste récolte de victimes, parmi lesquelles, ne l'oublions pas, un jour pourrait être n'importe lequel d'entre nous", a déclaré Mgr Balestrero lors de la messe de commémoration du diplomate le 2 mars.

Dans son homélie lors de l'événement qui s'est tenu à la cathédrale Notre-Dame du Congo de l'archidiocèse de Kinshasa, Mgr Balestrero a déclaré que Luca se distinguait avant tout par ses nombreuses qualités humaines et professionnelles.

"C'était une personne franchement ouverte, capable de nouer des liens avec un large éventail de personnes. Il a su transformer l'ambassade qui lui avait été confiée en une sorte de grande famille, en participant volontiers à des initiatives nouvelles et variées, fruit de son admirable créativité", a ajouté le représentant du Saint-Père en RDC, âgé de 54 ans et d'origine italienne.