Advertisement

Ouganda : Un vaste projet d'agrobusiness des Salésiens devrait toucher des milliers de réfugiés

Des travailleurs communautaires de Don Bosco Refugee Services Palabek emmènent des réfugiés à Palabek Refugee Settlement à travers des cours d'agriculture en vue du projet agroalimentaire `` Rebuilding Lives '' Fr. Lazar Arasu / Don Bosco Refugee Services Palabek Des travailleurs communautaires de Don Bosco Refugee Services Palabek emmènent des réfugiés à Palabek Refugee Settlement à travers des cours d'agriculture en vue du projet agroalimentaire `` Rebuilding Lives ''
Fr. Lazar Arasu / Don Bosco Refugee Services Palabek

Par un après-midi chaud et poussiéreux, dans le camp de réfugiés de Palabek, dans le nord de l'Ouganda, on voit une mère d'une trentaine d'années en compagnie d'autres femmes de son âge qui transpirent toutes, martelant de gros rochers pour préparer du gravier à vendre.

Christina Achan (de son vrai nom) est originaire du Soudan du Sud et a été réfugiée en Ouganda à deux reprises, d'abord quand elle était enfant et maintenant comme mère de cinq enfants.

Les réfugiés du camp dépendent de la nourriture de secours fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM). Les rations alimentaires ayant énormément diminué lors de COVID-19, les personnes ayant de grandes familles comme Christina sont obligées de chercher d'autres moyens de survie, notamment en assumant le travail ardu et moins gratifiant de casser des pierres.

Parfois, ils font travailler leurs enfants pour augmenter leur revenu quotidien, qui est généralement de 4 000 shillings ougandais (environ 1 dollar américain) par jour.

"C'est la deuxième fois que je suis en Ouganda en tant que réfugiée... J'ai cinq enfants à nourrir, la nourriture que je reçois du Programme alimentaire mondial est à peine suffisante pour mes cinq enfants", dit Christina, les yeux fixés sur sa fille de 13 ans qui est venue travailler avec sa mère.

Advertisement

La jeune femme de 35 ans avait à peine cinq ans lorsque ses parents ont fui leur maison au SudSoudan en raison de l'insurrection de l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS) de 1989 qui a fait des ravages dans ce pays d'Afrique centrale et orientale.

En 2011, lorsque le Sud-Soudan a obtenu son indépendance, son mari qui avait fait partie des rebelles de l'APLS a été intégré dans la nouvelle armée du Sud-Soudan, mais lorsque la guerre civile a éclaté en décembre 2013, il a quitté l'armée et a rejoint le groupe rebelle "In Opposition" (IO) qui était apparu.

Christina, qui a dû s'occuper seule de ses enfants, raconte : "J'ai commencé à cultiver des plantes et à élever quelques animaux. Mais lorsque l'insurrection est devenue intense en avril 2017, j'ai dû quitter ma région d'origine et je suis venue ici en Ouganda pour me mettre à l'abri".

Le père Lazar Arasu, membre des Salésiens de Don Bosco (SDB) qui, depuiscinq ans, exerce son ministère auprès des réfugiés du camp de réfugiés de Palabek, déclare que le cas de Christina n'est pas un cas isolé dans le camp de réfugiés où la majorité des habitants sont de jeunes mères célibataires dont les maris ont été pris dans l'insurrection au Sud-Soudan voisin.

More in Afrique

Palabek abrite environ 56 000 réfugiés du Sud-Soudan, d'Érythrée, d'Éthiopie, du Rwanda, du Burundi, de la République démocratique du Congo (RDC) et d'autres pays voisins qui ont fui leurs pays respectifs en raison de l'insécurité, de la pauvreté, entre autres facteurs.

On estime que 86 % des habitants du camp de réfugiés de Palabek sont des femmes et des enfants, explique le père Arasu.

Les réfugiés, raconte l'Ecclésiaste d'origine indienne à l'ACI Afrique, font face à une myriade de défis, parmi lesquels le manque de nourriture et d'autres produits de base.

La plupart du temps, les réfugiés sont contraints de réduire leur consommation alimentaire et de vendre une partie de leur ration pour acheter du savon, des vêtements, des médicaments et d'autres produits de première nécessité.

Lorsque le verrouillage a été imposé en raison de COVID-19, les rations alimentaires du camp de réfugiés ont été réduites, d'abord de 40 %, puis de 20 %.

Advertisement

"Depuis janvier, les réfugiés n'ont pas pu se permettre de vendre de la nourriture, ils luttent plutôt pour en trouver davantage", explique le père Arasu.

Il explique : "Actuellement, un réfugié reçoit environ 4 kilos de farine de maïs, 2 kilos de haricots, un demi-litre d'huile de cuisine et quelques grammes de sel une fois par mois. Cela peut à peine faire vivre des réfugiés comme Christina qui ont cinq enfants pendant des jours".

Pour aider à soulager les souffrances des réfugiés, les membres des SDB basés à Palabek se sont lancés dans un projet agricole visant à créer la sécurité alimentaire et des opportunités d'emploi parmi les réfugiés du camp de réfugiés. 

Pour commencer, cinq vaches ont été achetées et données aux agriculteurs pour qu'ils suivent une formation dans le cadre du projet "Reconstruire des vies".

Et sur les 164 hectares nécessaires à l'agriculture, 16 hectares ont déjà été acquis par locationvente et donation de terres pour le vaste projet d'agrobusiness.

En trois mois, les membres de la SDB ont également acheté un quart d'acre de terre dans une zone commerciale pour les étals du marché où les produits de la ferme seront vendus.

Le projet vise 2 920 bénéficiaires, parmi lesquels des groupes d'agriculteurs et d'autres personnes travaillant dans la production de volaille, de cuisine et de champignons, la plantation d'arbres et la production de poêles à bois.

A travers ce projet, les Salésiens cherchent à cibler les membres les plus vulnérables des ménages, y compris les jeunes et les femmes de 18 ans et plus, a déclaré à l'ACI Afrique le père Arasu, directeur du Service des réfugiés de Don Bosco Palabek.

Les bénéficiaires doivent travailler en groupe, épargner leurs revenus, acquérir des actifs et s'aventurer dans des entreprises et être compétitifs sur le marché du travail.

"Grâce à l'autonomie, les réfugiés sont censés subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille", a déclaré le père Arasu, qui a expliqué le projet.

Il a ajouté, en référence aux bénéficiaires réfugiés, "On attend d'eux qu'ils s'impliquent dans d'autres activités génératrices de revenus, qu'ils prennent mieux soin de l'environnement et qu'ils s'engagent dans l'autonomisation des femmes et d'autres activités de promotion sociale".

Les bénéficiaires seront également dotés de compétences en matière de commerce, d'épargne et d'investissement. Ils suivront également une formation sur la violence fondée sur le sexe et acquerront des compétences pratiques pour les jeunes, explique le clerc d'origine indienne.

"Notre taux de participation est de 70 % de réfugiés et 30 % de communautés d'accueil", précise le père Arasu dans un rapport à ACI Afrique, et ajoute que les participants au projet devront avoir au moins quatre personnes à charge.

"Grâce à ce projet de sécurité alimentaire, nous comptons servir au moins 11 680 personnes au total. Indirectement, nous espérons servir un grand nombre de nourrissons dans la tranche d'âge de 3 à 6 ans qui sont souvent oubliés en termes de besoins nutritionnels, médicaux et de développement de la petite enfance", ajoute-t-il.

Le Père José Ubaldino, missionnaire salésien du Venezuela, qui est actuellement coordinateur du projet agricole, pense que le projet Don Bosco atteindra son objectif d'aider les réfugiés et la communauté d'accueil à reconstruire la vie des réfugiés.

"Une fois que nous avons répondu aux besoins alimentaires de la population, nous améliorons le niveau de vie, aidons les gens à obtenir une meilleure éducation et contribuons à la paix générale", a déclaré le père Ubaldino.