Advertisement

"Le monde entier s'est tenu en silence", un prêtre missionnaire en Ouganda sur la visite du pape François en Irak

Le logo officiel de la visite du Pape François en Irak. Saint-Adday. Le logo officiel de la visite du Pape François en Irak.
Saint-Adday.

La récente visite du pape François en Irak a paralysé le monde, tant pour les chrétiens que pour les non-chrétiens, a déclaré un clerc missionnaire exerçant son ministère en Ouganda.

Dans une réflexion partagée avec ACI Afrique mercredi 10 mars, le Père Lazar Arasu raconte la tournée du Saint-Père dans le pays qui a été criblé de conflits prolongés, un mouvement qui, selon lui, a allumé l'espoir dans ceux qui ont besoin de consolation.

"La visite papale a embrassé non seulement les catholiques, mais aussi toutes les personnes de bonne volonté et tous ceux qui ont besoin de paix et de consolation", déclare le père Arasu dans sa réflexion.

Il ajoute, en référence à la célèbre "Prière des fils et filles d'Abraham" du Saint-Père en Irak, que "le pape François, par ses paroles réfléchies, a touché non seulement le peuple irakien et la communauté chrétienne, qui sont les premiers auditeurs, mais le monde entier s'est tenu en silence, écoutant et témoignant de son message de paix, de fraternité et de solidarité."

Le membre de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) affirme en outre que la visite papale en Irak, la première de l'histoire, "a réuni dans la fraternité les musulmans, les juifs, les chrétiens et les autres groupes religieux minoritaires."

Advertisement

Dans sa réflexion intitulée "La visite papale en Irak réconforte les blessés", le père Arasu, qui exerce son ministère auprès des réfugiés en Ouganda, affirme que la visite a montré que la paix n'est possible en Irak que par le dialogue interconfessionnel et "la recherche d'un terrain d'entente pour travailler ensemble".

"Les messages du pape en faveur du dialogue interconfessionnel et de la tolérance ont été salués par les Irakiens de toutes les confessions et de tout l'éventail politique", a déclaré l'ecclésiastique d'origine indienne, avant d'ajouter, à propos du Saint-Père : "Sa visite, le 6 mars 2021, au grand ayatollah Ali al-Sistani, religieux islamique chiite, dans la ville sanctuaire de Nadjaf, en particulier, a été perçue comme un triomphe susceptible de contribuer à la stabilisation du pays."

Il a rappelé qu'au cours des dernières décennies, l'Irak était tristement célèbre pour sa violence, ses troubles politiques et comme "un lieu de fanatisme religieux menant à des conflits absurdes et à la méchanceté."

"Compte tenu de cette situation précaire, aucun dirigeant de renommée internationale ne pensera à effectuer une visite, et encore moins à faire la fête avec le peuple blessé", affirme le père Arasu, rappelant en outre que "le pape Jean-Paul II avait voulu effectuer une visite pastorale dans le pays en 2000 pour le jubilé du millénaire, mais pour les raisons bien connues d'insécurité, elle a été annulée."

"Maintenant, le pape François devient le premier pontife catholique à se rendre en Irak", a-t-il déclaré à propos de la visite du Saint-Père du 5 au 8 mars.

More in Afrique

Il cite le président irakien Barham Salih qui a déclaré : "Cette visite est un message de paix aux Irakiens de toutes les religions, et sert à affirmer les valeurs communes de justice et de dignité que défend l'Irak."

Selon le père Arasu, la visite du pape François en Irak a été fructueuse pour réaliser "la victoire de l'esprit humain sur le mal, la violence, l'intolérance, le fanatisme et le sectarisme religieux."

Au cours de son voyage, la toute première visite papale en Irak, le pape a visité quatre villes, dont Mossoul, l'ancien bastion de l'État islamique d'Irak et du Levant (EIIL) où de vastes zones sont encore en ruines.

Dans ses discours, il a délivré des messages de coexistence pacifique et de sécurité pour tous.

Le père Arasu réfléchit encore : "Le souverain pontife a vu les ruines de maisons et d'églises sur une place qui était le centre florissant de la vieille ville avant que Mossoul ne soit occupée par ISIL de 2014 à 2017, ses combattants ravageant le nord de l'Irak, tuant les chrétiens ainsi que les musulmans qui s'y opposaient."

Advertisement

"Il (le Pape François) s'est assis entouré de squelettes de bâtiments, d'escaliers en béton qui pendent, et d'anciennes églises en ruines, la plupart trop dangereuses pour y entrer", explique le Père Arasu dans sa réflexion partagée avec ACI Afrique.

Ce membre des SDB d'origine indienne, qui exerce son ministère auprès des réfugiés en Ouganda, la plupart d'entre eux fuyant le conflit au Sud-Soudan, espère voir le Saint-Père visiter ce pays africain en proie à des troubles.

"Maintenant, le Saint-Père rêve de visiter bientôt le Liban pour une mission similaire", dit le père Arasu, et ajoute : "Prions aussi pour qu'il puisse visiter le Sud-Soudan et apporter à nos frères et sœurs africains la paix à laquelle ils aspirent."

Lors d'une rencontre passée avec les dirigeants sud-soudanais Salvar Kiir et Riek Machar, le pape François a fait part de son "désir et de son espoir" de visiter le Sud-Soudan et a exhorté les dirigeants africains à croire que la paix est possible dans leur pays grâce à la puissance de la résurrection du Christ.