Advertisement

Un prêtre nigérian présente la situation des victimes et des survivants d'abus dans les communautés religieuses

Un prêtre catholique nigérian a souligné, lors d'un colloque virtuel organisé par des membres de la Compagnie de Jésus (Jésuites), la situation critique des victimes et des survivants d'abus dans les communautés religieuses, dont les expériences "laissent sans voix et dévastent".

S'exprimant lors de l'événement du vendredi 30 avril intitulé "African Child : Promouvoir une culture cohérente de protection, de soins et de sauvegarde dans l'Église et la société", le père Noel Nwadike a déclaré : "Un nombre important de femmes ont été victimes d'abus sexuels et il y en a encore plus qui ont survécu à des abus sexuels dans leur enfance."

Dans sa présentation sur le thème "Formation holistique et accompagnement des victimes et des survivants d'abus dans les communautés religieuses", le prêtre jésuite a noté que la lettre apostolique du pape François de 2019 "Vosestislux mundi", qui a établi des normes de procédure pour traiter les abus sexuels dans l'Église, a mis en lumière des cas d'abus sexuels.

"Le document est arrivé à un moment où l'opinion publique était de plus en plus consciente du fait que des femmes consacrées étaient abusées par des membres du clergé", a déclaré le père Nwadike, directeur du noviciat jésuite de l'archidiocèse de Benin City, au Nigeria.

Avec la publication du document, "ce qui se passait depuis plusieurs années dans l'obscurité est enfin apparu au grand jour", a ajouté le titulaire d'une maîtrise en arts et d'une licence professionnelle en psychologie clinique lors de la dernière journée de l'événement virtuel organisé par la Conférence jésuite d'Afrique et de Madagascar (JCAM).

Advertisement

Il a déclaré que ce qu'il présentait était fondé sur les expériences d'accompagnement d'hommes et de femmes consacrés qui sont des survivants d'abus sexuels.

Le père Nwadike a poursuivi en décrivant l'ampleur des abus : "Lorsque les victimes ouvrent leur cœur pour partager leur douleur, leur honte, leur vulnérabilité, leur colère et leur rage, une telle rencontre laisse sans voix et dévaste."

"Que ceux qui sont sceptiques et qui doutent sachent qu'il existe de nombreuses personnes consacrées qui sont victimes d'abus sexuels", a déclaré l'ancien élève de l'Université pontificale grégorienne de Rome.

Dans sa présentation, le père Nwadike a partagé le récit écrit d'une des religieuses catholiques identifiée comme Sœur Victima (ce n'est pas son vrai nom), une victime d'abus sexuels qu'il accompagne dans son parcours de guérison.

D'abord abusée à l'âge de trois ans par son oncle, Sr. Victima a également été abusée par ses cousins et voisins "à chaque occasion". Cependant, c'est à l'âge de 14 ans qu'elle a eu sa "première explosion".

More in Afrique

"Cette fois, c'était par un séminariste qui a menacé de me tuer si je criais. Il m'a violemment souillée. Le même acte cruel devait être suivi par un prêtre six ans plus tard. J'ai enterré tout cela quelque part en réponse à un appel à la vie religieuse", a noté Sr Victima dans son témoignage écrit, qu'elle a "librement et volontairement offert" au Père Nwadike pour qu'il le présente pendant le séminaire.

Elle a ajouté : "A la fin de ma formation au noviciat, je suis rentrée chez moi en vacances. Le curé de l'époque a appris à me connaître et m'a invitée. Lors de notre première rencontre, il a drogué la boisson servie. Je l'ai soupçonné et je l'ai échappé belle".

Sœur Victima a de nouveau été abusée "il y a quelques mois" par un médecin "sur sa table d'examen", une rencontre qu'elle a décrite comme "insondable".

"Brisée par ce récent abus, je me suis confiée à mon supérieur dans l'espoir d'obtenir justice. Mais cela n'a pas été le cas. Elle était préoccupée par la préservation de l'image de la congrégation (plutôt que) par le soutien d'une sœur brisée", dit-elle en ajoutant : "Au final, il n'y a que moi, nous (les victimes) à notre douleur. Comment on se sort de ce traumatisme, c'est notre affaire".

Suite au traumatisme de l'abus sexuel, Sr. Victima dit que dans sa vocation de religieuse, il lui manque "le courage d'écouter et d'être présente pour les victimes d'abus sexuels. Je fais la plupart des pleurs et des colères. Jour après jour, je pleure sur mon 'moi perdu' et je m'entends répéter : 'Le jour où je marcherai sur un homme qui abuse d'une femme, c'est le jour où j'irai en prison'. "

Advertisement

Selon le Père Nwadike, le récit de Sr. Victima est "la réalité d'un bon nombre de femmes consacrées".

Il a reconnu le courage de Sœur Victima pour s'être ouverte en disant : " Les sœurs moins courageuses souffrent de la peur, de la honte et de la dépression. D'autres sont terrifiées par les conséquences de dénoncer leur agresseur, surtout si elles ne se sentent pas soutenues par leur supérieure religieuse et leur communauté."

"Un fait douloureux demeure", a déclaré l'ecclésiastique nigérian, avant d'expliquer : "Certains supérieurs religieux manquent d'empathie et de compassion pour soutenir leurs membres victimes d'abus. Il y a ceux qui ne sont pas disposés à payer les séances de thérapie de leur sœur abusée sexuellement. Lorsque les victimes expriment le besoin d'entamer une thérapie, elles sont stoïquement repoussées avec la froide déclaration 'la congrégation ne peut pas se permettre de telles dépenses'. ’” 

Il a ajouté : "Beaucoup de ces victimes et survivants, qu'ils soient hommes ou femmes, souffrent en silence. Leur souffrance est d'autant plus aggravée par la négligence et le manque de systèmes de soutien dans les communautés religieuses."

Le père Nwadike, qui est membre de la commission de protection de l'enfance du JCAM, a toutefois reconnu que certains "instituts religieux audacieux équipent et soutiennent leurs membres pour faire face à la réalité des abus sexuels".

Faisant référence aux ordres religieux, il a déclaré : "Certains d'entre eux ont des politiques et des structures pour traiter les allégations d'abus sexuels. Cependant, il y a d'autres instituts qui luttent encore pour apprendre comment répondre au mieux aux abus sexuels de leurs membres."

"Certains formateurs et directeurs spirituels n'ont pas encore appris à accompagner leurs membres qui souffrent des effets à court et à long terme des abus sexuels. En raison de cette situation, les victimes et les survivants dont ils s'occupent souffrent d'un manque d'empathie et de compassion de la part de leurs formateurs, directeurs spirituels et supérieurs religieux", a-t-il ajouté.

L'ecclésiastique jésuite, dont les recherches portent notamment sur le traumatisme développemental et la pathologie de la personnalité, a déploré que, bien que la lettre apostolique du pape François sur les abus sexuels "encourage et oblige les victimes à signaler et à dénoncer leurs agresseurs, la réalité parmi les religieux consacrés ici en Afrique n'a pas beaucoup changé, malgré la prise de conscience croissante des abus sexuels."

Il a expliqué : "Les victimes ne se sentent ni en sécurité ni à l'abri pour révéler et dénoncer leurs agresseurs en raison des menaces de victimisation, de récrimination, de honte et de la peur d'être expulsées de leur institut religieux. Ainsi, ces hommes et femmes religieux continuent de se sentir opprimés, supprimés et négligés."

À ceux à qui les personnes consacrées peuvent révéler qu'elles ont été abusées, le père Nwadike a exhorté, entre autres choses, à protéger la victime, à faire preuve d'empathie et de compassion à son égard, à la croire, à résister à la tentation de douter de la révélation, et à féliciter la victime pour son courage.

Il a appelé les personnes à qui les victimes d'abus se confient à veiller à ce qu'elles reçoivent un soutien thérapeutique approprié et à suivre la procédure de signalement au responsable de la protection de l'enfance du diocèse, de l'ordre religieux ou de l'institution ecclésiastique de l'auteur de l'abus. 

"Veillez à ce que la victime soit très bien préparée et protégée, avant, pendant et après le début du processus d'enquête", a déclaré le père Nwadike au cours du séminaire, ajoutant : "C'est généralement un processus très douloureux pour la victime, et terrifiant de honte pour l'agresseur." Inspiré par la lettre apostolique du pape François sur la lutte contre les abus dans l'Église, le colloque, qui a rassemblé des jésuites, des laïcs, des responsables d'Église et des représentants d'autres ordres religieux de tout le continent, avait pour objectif de "contribuer à la "tâche qui nous incombe à tous en tant que peuple de Dieu" de créer un environnement sûr pour tous, en particulier pour les enfants, dans l'Église, la famille et la société".

Selon la direction du JCAM, les documents présentés lors de cet événement virtuel de trois jours seront édités en un seul volume de ressources et mis à disposition pour publication afin d'alimenter la recherche, l'étude, la formation et la pratique.