Advertisement

Après 10 ans d'autogestion, "il y a peu à célébrer" : Leaders religieux au Soudan du Sud

Les élèves de l'école secondaire pour filles Loreto du diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud, tenant le drapeau du Soudan du Sud à l'occasion du 10e anniversaire de l'indépendance, le 9 juillet 2021/ Crédit : Sœur Orla Treacy, Sœurs Loreto, Rumbek. Les élèves de l'école secondaire pour filles Loreto du diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud, tenant le drapeau du Soudan du Sud à l'occasion du 10e anniversaire de l'indépendance, le 9 juillet 2021/ Crédit : Sœur Orla Treacy, Sœurs Loreto, Rumbek.

A l'occasion du 10ème anniversaire de l'indépendance du Soudan du Sud, les forums des leaders religieux de cette nation d'Afrique centrale et orientale ont, dans des déclarations séparées, déploré les nombreuses années de guerre civile, le Conseil des églises du pays affirmant qu'"il y a peu de choses à célébrer".

Dans leur déclaration obtenue par ACI Afrique jeudi 8 juillet, la veille de la commémoration, les membres du Conseil des églises du Soudan du Sud (SSCC) expriment cependant un espoir dans l'avenir en disant que l'optimisme lors de l'indépendance le 9 juillet 2011 "peut encore être ravivé."

"Alors que nous marquons aujourd'hui les dix (10) ans de notre indépendance, avec des douleurs dans nos cœurs, il y a peu de choses à célébrer. Le conflit est devenu le contexte dans lequel nous évoluons avec une violence intercommunautaire par procuration endémique, des cas croissants de violence sexuelle, des meurtres par vengeance, des accaparements de terres et des enlèvements d'enfants", déclarent les représentants de la SSCC, qui comprend sept églises membres, dans leur déclaration collective avant la célébration de l'anniversaire du vendredi 9 juillet.

Ils ajoutent que le cœur des Sud-Soudanais qui traversent une période difficile "continue de gémir de douleur, d'angoisse, de trouble, de désespoir et de misère alors que des vies sont perdues chaque jour dans tous les coins de notre pays".

"Ces conflits ont fait de nos dix premières années d'indépendance, "une décennie gâchée", disent les responsables de la SSCC, ajoutant que "ces conflits armés prolongés ont non seulement déstabilisé notre paix, mais ont également retardé le développement socio-économique de notre pays."

Advertisement

Dans la déclaration signée par les représentants de la SSCC, dont l'archevêque métropolitain catholique de Juba, Stephen Ameyu, les chefs d'église affirment que l'accord revitalisé sur la résolution du conflit au Sud-Soudan (R-ARCSS) est l'un des "cadres les plus viables pour la paix et une lueur d'espoir pour les Sud-Soudanais".

Ils regrettent que la lenteur de la mise en œuvre de l'accord de paix signé en 2018 brise tous les espoirs de rétablir le calme dans le pays qui reste la plus jeune nation du monde.

Les représentants du SSCC exhortent toutes les parties au R-ARCSS à "mettre en œuvre cet accord, à embrasser la paix, à cesser la violence et à résoudre les différends par des moyens pacifiques."

Ils exhortent également les non-signataires du R-ARCSS "à poursuivre sur la voie du dialogue avec le gouvernement transitoire d'unité nationale revitalisé (R-TGoNU) afin de parvenir à une paix durable pour le peuple du Soudan du Sud, avec l'aide de la Communauté de Sant'Egidio à Rome".

"Grâce aux efforts collectifs et à la responsabilité de tous les citoyens, partis politiques, organisations de la société civile (OSC) et, en fait, de tous les secteurs de notre société, dans le pays, la lueur d'espoir et d'optimisme que la nation a affichée le jour de l'indépendance, il y a dix ans, peut encore être rallumée", affirment les représentants des entités ecclésiastiques chrétiennes du Soudan du Sud dans leur déclaration de deux pages.

More in Afrique

En regardant vers la prochaine série de 10 ans, les représentants de la SSCC déclarent "la deuxième décennie de l'indépendance du Soudan du Sud comme une période d'un nouveau départ de paix, de justice, de liberté, de pardon, de réconciliation et de prospérité pour tout notre peuple".

"Au cours de cette deuxième décennie, nous devons arrêter l'auto-sabotage de notre avenir et de notre prospérité collectifs. Il ne doit pas s'agir d'une autre décennie perdue !" disent-ils, ajoutant que la prochaine période de 10 ans offre "une opportunité de sauver notre peuple de la misère imposée et de soutenir ses moyens de subsistance."

Les représentants du SSCC ajoutent que tous les Sud-Soudanais "doivent réfléchir à ce qui a mal tourné au cours de la première décennie après l'indépendance, pour ne pas nous abandonner dans notre voyage des dix prochaines années."

"Nous faisons cette déclaration au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ! Et ensemble, nous disons ; Oh Dieu bénisse le Soudan du Sud", affirment les représentants du SSCC dans leur déclaration datée du 9 juillet.

De leur côté, les responsables du Réseau œcuménique du Soudan du Sud (ENSS) exhortent les signataires du R-ARCSS à mettre en œuvre l'accord "dans l'esprit et à mettre fin immédiatement aux souffrances continues des personnes dans divers endroits du pays".

Advertisement

"Nous appelons la communauté nationale, régionale et internationale à encourager le gouvernement de Juba à mettre en œuvre l'accord de paix, afin d'atténuer les crises imminentes au Soudan du Sud", indiquent les représentants de l'entité œcuménique sud-soudanaise dans leur déclaration obtenue par ACI Afrique.

"Le gouvernement doit être encouragé à engager les non-signataires de la R-ARCSS dans un dialogue productif", affirment les représentants de l'ENSS, ajoutant que "pour permettre une protection complète des civils, le gouvernement doit accorder une plus grande attention à la transformation et à l'unification de l'armée afin d'inclure toutes les communautés du Soudan du Sud".

Ils appellent également "vivement" la communauté internationale, les agences de l'ONU et les gouvernements à fournir un financement accru aux initiatives de paix menées localement, par les églises et les femmes, afin de s'attaquer de manière globale aux causes profondes et aux effets à long terme du conflit par le biais du plaidoyer, des forums neutres, de la guérison et de la réconciliation.

"Ce financement devrait être à long terme et flexible pour permettre aux communautés de répondre aux dynamiques changeantes et de soutenir tout progrès", indiquent les représentants de l'ENSS dans leur déclaration datée du 9 juillet.

"Nous continuons à nous tenir aux côtés du peuple du Soudan du Sud. Nous appelons tous les habitants du Soudan du Sud à respecter la dignité de la vie humaine", lancent-ils encore, et implorent : "Nous élevons la nation du Sud-Soudan vers Dieu et prions avec ferveur pour que le peuple du Soudan du Sud puisse vivre dans l'harmonie, l'unité et la paix."