Advertisement

Attaque d'un grand séminaire catholique au Nigeria, enlèvement de trois séminaristes en théologie

Trois grands séminaristes du diocèse de Kafanchan, au Nigeria, ont été enlevés lundi 11 octobre après que l'institution catholique a été attaquée, a confirmé le chancelier du diocèse nigérian.  

Dans une déclaration du mardi 12 octobre partagée avec ACI Afrique, le père Emmanuel Uche Okolo affirme que l'attaque du 11 octobre qui a entraîné l'enlèvement de trois séminaristes majeurs en quatrième année de théologie a eu lieu "vers 19h26, dans la chapelle du séminaire".

"Nous annonçons avec inquiétude l'enlèvement de trois grands séminaristes du Grand Séminaire du Christ Roi, notre Grand Séminaire diocésain domicilié à l'Institut Saint Albert", déclare le Père Okolo dans sa déclaration. 

"D'après le récit des agents de sécurité du séminaire, le personnel des forces de l'ordre et le comptage effectué après la messe du 12 octobre 2021, il a été confirmé que trois quatre séminaristes de théologie ont été enlevés", dit-il.

Les trois séminaristes enlevés appartiennent aux congrégations des Apôtres de la Divine Charité et des Petits Fils de l'Eucharistie, ajoute le Chancelier du diocèse de Kafanchan. 

Advertisement

Au moment de l'attaque, raconte encore le père Okolo, "10 formateurs, dont les recteurs du séminaire et de l'institut, 132 séminaristes, 6 non séminaristes, une femme membre du personnel non académique et un steward étaient sur place".

Suite à l'attaque, six séminaristes "ont subi des blessures à des degrés divers", ajoute le prêtre nigérian.

"Un envoi de soldats de l'opération Safe Haven (OPSH) était sur place pour accompagner certains formateurs et les séminaristes blessés à l'hôpital Salem de Kafanchan", explique le père Okolo, ajoutant que les blessés ont été soignés et sont sortis de l'hôpital après avoir été confirmés comme étant stables. 

Dans la déclaration du 12 octobre, le Chancelier du diocèse de Kafanchan demande des prières pour la libération rapide et sûre des trois séminaristes. Il appelle également au calme dans l'incertitude qui entoure l'enlèvement des grands séminaristes. 

"L'ensemble des sympathisants de notre Institut et de notre Séminaire sont par la présente découragés de faire appel à la justice", déclare le père Okolo dans la déclaration partagée avec ACI Afrique, et assure, en référence aux séminaristes enlevés, que les dirigeants du diocèse "utiliseront tous les moyens légitimes pour assurer leur libération rapide et sûre". 

More in Afrique

Le Nigeria est aux prises avec l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection Boko Haram a lancé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

La situation d'insécurité a été compliquée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également appelés milices Fulani, qui se heurtent fréquemment aux agriculteurs chrétiens pour des questions de pâturage.

L'attaque contre le Grand Séminaire du Christ Roi est la dernière en date des attaques qui semblent viser les institutions de l'Église et le clergé dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

En janvier 2020, des hommes armés ont attaqué le grand séminaire Good Shepherd de l'archidiocèse de Kaduna et ont enlevé quatre séminaristes.

L'un des séminaristes, Michael Nnadi, a été assassiné par les ravisseurs, apparemment parce qu'il ne pouvait cesser d'annoncer la foi chrétienne en captivité

Advertisement