Advertisement

Le pape François s'adresse aux évêques catholiques italiens lors d'une réunion "strictement privée"

Le pape François s'adresse à la conférence épiscopale italienne à Rome, le 22 novembre 2021. Vatican Media. Le pape François s'adresse à la conférence épiscopale italienne à Rome, le 22 novembre 2021. Vatican Media.

Le pape François s'est entretenu avec la conférence épiscopale italienne lundi après-midi lors d'une rencontre "strictement privée", selon le Vatican.

La rencontre, d'une durée de deux heures, a eu lieu à l'Ergife Palace Hotel and Conference Center, à environ cinq kilomètres du Vatican, à l'occasion de la session d'ouverture de la 75e Assemblée générale extraordinaire des évêques.


Selon une brève déclaration du Vatican, au début de la réunion, le pape François a remis aux 210 évêques une carte avec une image du Bon Pasteur et une méditation intitulée "Les béatitudes de l'évêque".

Les huit "béatitudes", qui correspondent vaguement aux huit béatitudes énoncées par Jésus dans le Sermon sur la montagne, semblent avoir été créées par l'archevêque de Naples, Mgr Domenico Battaglia.

Âgé de 58 ans, M. Battaglia est devenu archevêque de Naples en décembre 2020. Avant cette nomination, il était curé dans un autre archidiocèse du sud de l'Italie, Catanzaro-Squillace, où il était appelé "Don Mimmo" et connu comme un "prêtre de rue" qui s'occupait des marginaux.

Advertisement

M. Battaglia a exposé les huit qualités d'un évêque (énumérées ci-dessous) dans une homélie prononcée lors de l'ordination de trois évêques auxiliaires pour l'archidiocèse de Naples le 31 octobre.


La réunion à huis clos a eu lieu six mois après que le pape François se soit adressé à l'assemblée de printemps des évêques italiens le 24 mai.

La réunion de mai a été diffusée en direct jusqu'à ce que le flux vidéo soit brusquement interrompu par Vatican Media au bout de cinq minutes environ.

Avant de faire des remarques non écrites sur le parcours synodal de l'Italie, on pouvait entendre le pape François demander aux personnes présentes sur scène si des journalistes étaient présents dans la salle. Après qu'on lui ait assuré que les médias n'étaient pas présents, le pape a répondu : "Bien, donc nous pouvons parler librement."


Plus tôt dans la journée, il s'était rendu dans les bureaux du Dicastère du Vatican pour la communication et avait parlé en direct sur Radio Vatican de l'importance pour les médias du Vatican de toucher le peuple.

More in Afrique

Au cours de l'émission, il a posé des questions sur le nombre d'auditeurs de la radio, ainsi que sur le nombre de personnes qui lisent le journal du Vatican, L'Osservatore Romano, créé en 1861.

L'assemblée d'automne de la conférence nationale a lieu du 22 au 25 novembre sur le thème "Voie synodale des Églises en Italie".


Au début de la deuxième journée, le président de la conférence, le cardinal Gualtiero Bassetti, s'est adressé aux autres évêques en disant que, dans le pape François, "nous reconnaissons l'évêque de Rome et le successeur de Pierre, celui qui a reçu du Christ la tâche de "confirmer ses frères"."

"Notre amour et nos remerciements vont à lui", a déclaré l'archevêque de Pérouse-Città della Pieve. "Comme toujours, le pape François nous a adressé des paroles importantes, qui nous incitent à saisir les opportunités de grâce que ce temps nous offre."

Les béatitudes de l'évêque

Advertisement

Heureux l'évêque qui participe à la pauvreté et au partage de son style de vie, car par son témoignage il construit le royaume des cieux.

Béni soit l'évêque qui n'a pas peur de marquer son visage de larmes jusqu'à ce qu'elles reflètent les peines de son peuple et les difficultés de ses prêtres, trouvant dans l'étreinte avec ceux qui souffrent la consolation de Dieu.

Béni soit l'évêque qui considère son ministère comme un service et non comme un pouvoir, faisant de la douceur sa force, et donnant à chacun le droit de cité dans son cœur pour habiter la terre promise aux doux.

Heureux l'évêque qui ne s'enferme pas dans les bâtiments de l'administration, qui ne devient pas un bureaucrate plus attentif aux statistiques qu'aux visages, aux procédures qu'aux histoires, qui essaie de lutter aux côtés des hommes pour le rêve de la justice de Dieu, afin que le Seigneur, rencontré dans le silence de la prière quotidienne, soit sa nourriture.

Heureux l'évêque qui a un cœur pour la misère du monde, qui n'a pas peur de se salir les mains dans la boue de l'âme humaine pour trouver l'or de Dieu, qui ne se scandalise pas du péché et de la fragilité des autres, parce qu'il est conscient de sa propre misère, afin que le regard du Seigneur ressuscité soit pour lui le sceau du pardon infini.

Béni soit l'évêque qui chasse la duplicité du cœur, qui évite toute dynamique ambiguë, qui rêve du bien même au milieu du mal, afin de pouvoir se réjouir du visage de Dieu, trouvant son reflet dans chaque flaque de la cité des hommes.

Heureux l'évêque qui travaille pour la paix, qui accompagne les chemins de la réconciliation, qui sème la graine de la communion dans le cœur du presbytère, qui accompagne une société divisée sur le chemin de la réconciliation, qui prend par la main chaque homme et chaque femme de bonne volonté pour construire la fraternité : Dieu le reconnaîtra comme son fils.

Heureux l'évêque qui n'a pas peur d'aller à contre-courant pour l'Évangile, en rendant son visage "résolu" comme celui du Christ en route vers Jérusalem, sans se laisser freiner par les incompréhensions et les obstacles, parce qu'il sait que le Royaume de Dieu avance dans la contradiction du monde.