Advertisement

Les femmes peuvent surmonter leur complexe d'infériorité grâce à la participation de l'Église, selon un évêque catholique du Malawi

L'évêque catholique du diocèse de Dedza au Malawi a déclaré que les femmes souffrent d'un complexe d'infériorité parce qu'elles sont mises à l'écart des activités de l'Église et a appelé à leur participation active dans l'Église.

Dans son discours lors de la réunion en cours de l'Organisation des femmes catholiques (CWO) au Malawi, Mgr Peter Adrian Chifukwa a reconnu la contribution des membres du groupe des femmes à l'Église et les a encouragées à continuer le bon travail malgré les défis auxquels elles sont confrontées.

"L'Eglise se porte très bien grâce à la contribution de CWO. Je les encourage à continuer", a déclaré Mgr Chifukwa lors de l'assemblée générale annuelle nationale de CWO, selon un rapport publié le vendredi 16 décembre.

L'évêque malawite a ajouté : "Les femmes sont opprimées de diverses manières ; cette (AGM) est donc une occasion pour elles de voir comment elles peuvent surmonter leur complexe d'infériorité et assumer un complexe qui peut les aider à résoudre les problèmes. " 

Il a ensuite reconnu avec satisfaction la place des femmes dans l'Église en disant : "Les femmes sont les acteurs clés de l'Église. Si nous considérons leurs familles, la communauté et le pays, les femmes ont un grand rôle à jouer."

Advertisement

Mgr Chifukwa a également encouragé les femmes à faire bon usage du planning familial naturel comme moyen de contrôle des naissances, afin de donner naissance à des enfants qu'elles pourront facilement élever.

"Les enfants ont besoin qu'on s'occupe d'eux ; ne donnez pas naissance à un enfant si vous n'êtes pas prêt à vous en occuper. Il est triste de voir des enfants dans les villages qui souffrent à cause de la pauvreté ; nous devrions donc tous avoir des enfants que nous pouvons nous permettre d'élever", a-t-il déclaré.

La réunion de l'AGM a été officiellement ouverte le jeudi 16 décembre par une messe présidée par Mgr Chifukwa, avec l'évêque Montfort Sitima du diocèse catholique de Mangochi parmi les concélébrants. 

La réunion de l'AGM, qui se tient au Bembeke Teacher's Training College dans le diocèse de Dedza, a pour but de mettre les femmes au défi de prendre soin des familles chrétiennes, en particulier des familles qui subissent diverses menaces.

Mgr Sitima s'est largement exprimé sur le thème de l'année, "Prendre soin des familles chrétiennes, en particulier celles qui sont exposées à divers risques/menaces, à l'exemple de Saint Joseph". 

More in Afrique

Dans son discours, Mgr Sitima a appelé les femmes à vivre la foi catholique en honorant le sacrement du mariage. 

"Nous devons réaliser que le sacrement du mariage est un don de Dieu, d'où la nécessité d'en faire un exemple pour les autres. Si vous êtes appelé à la vie de mariage, assurez-vous que votre style de vie ne décourage pas les autres de se marier", a déclaré Mgr Sitima.

L'Ordinaire local du diocèse de Mangochi au Malawi a ajouté : "Je sais que les questions de la domination masculine dans les familles, de la violence domestique et des abus sexuels ne sont plus d'actualité, d'où la nécessité de s'unir et de lutter contre ces problèmes."

Pour sa part, le coordinateur national de la pastorale au Malawi, le père Henry Chinkanda, a utilisé le message du pape François sur le synode pour encourager les femmes à toujours travailler dans l'unité en favorisant la collaboration dans leurs entreprises quotidiennes. 

"Le pape François appelle chacun d'entre nous à vivre en communion, à créer un espace pour que chacun puisse participer et être au service de la mission de l'Église", a déclaré le père Chinkanda.

Advertisement

Madame Juliana Lunguzi, invitée d'honneur de la cérémonie qui se terminera le dimanche 19 décembre, a encouragé les femmes à faire preuve de courage en signalant les cas de maltraitance d'enfants et de violence sexiste.

"La maltraitance des enfants est l'un des dangers auxquels nous sommes confrontés dans nos familles. Les femmes devraient donc toujours s'exprimer lorsqu'elles sont témoins de violences, sous quelque forme que ce soit ; ne dites pas que parce que cette personne est un soutien de famille, je ne peux pas la dénoncer ; parlez-en parce que j'ai remarqué que de nombreux enfants et femmes souffrent en silence", a déclaré Madame Lunguzi.

Une autre question abordée lors de la réunion a été l'utilisation des médias sociaux par les femmes comme moyen d'adopter une vie exemplaire.

Lors de la réunion, la présidente nationale du CWO du Malawi, Lucy Vokhiwa, a également encouragé les femmes de ce pays d'Afrique australe à participer à la plantation d'arbres dans leurs diocèses respectifs pendant la saison des pluies, afin de prendre soin de l'environnement.