Un missionnaire récemment libéré reconnu comme un "homme de foi, de pardon, et de fraternité".

Le père Pier Luigi Maccalli, membre de la Société des Missions Africaines (SMA), récemment libéré après deux ans en captivité au Niger.
Credit: Société des Missions Africaines (SMA).

Le père Pier Luigi Maccalli, membre de la Société des missions africaines (SMA), récemment libéré après deux ans de captivité, a été salué comme un "homme de foi, de pardon et de fraternité".

Le père Maccalli a été libéré le 8 octobre. Le missionnaire d'origine italienne avait été kidnappé par des inconnus dans la nuit du 17 septembre 2018 dans sa mission de Bomoanga au Niger, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Dans un article du mercredi 14 octobre vu par ACI Afrique, le Supérieur général des SMA, le P. Antonio Porcellato fait le point sur sa rencontre avec le P. Maccalli à Rome peu après sa libération le 8 octobre par les djihadistes en disant qu'il ne peut pas oublier la "foi profonde, malgré les doutes" de son confrère en captivité.

"J'ai été frappé par son appel au pardon, à la fraternité, à l'espoir que nous puissions parvenir à une entente avec les djihadistes", dit le père Antonio.

Il se souvient que le père Maccalli a déclaré : "Il y a d'autres otages laissés aux mains des terroristes. Nous devons avoir l'idéal de fraternité en nous, et essayer de résoudre nos conflits et nos malentendus par la non-violence".

Le père Maccalli avait été missionnaire en Côte d'Ivoire pendant plusieurs années avant d'être affecté à la paroisse de Bomoanga dans l'archidiocèse de Niamey au Niger, qui a été décrite comme "une zone isolée et négligée en raison du manque de routes, de communications et d'infrastructures".

Dans l’article du 14 octobre, le supérieur général des SMA basé à Rome note que pendant sa captivité, le père Maccalli "s'est senti abandonné, il ne savait pas où ses ravisseurs l'emmenaient à chaque fois et il avait aussi des doutes sur le rôle des SMA : que font-ils pour me libérer ? 

"Mais il n'a jamais perdu l'espoir, la confiance et le sens de la présence de Dieu qui l'accompagnait partout", ajoute-t-il en référence au père Maccalli.

Le père Antonio note également que si d'autres prisonniers se sont convertis à l'Islam "plus par commodité que par conviction, pour obtenir un meilleur traitement", le père Maccalli "est toujours resté calme et convaincu dans sa foi, dans sa relation avec le Seigneur".

Sans avoir accès à une Bible et à l'Eucharistie, le P. Maccalli "a appris à écouter le silence - le silence du grand désert du Sahara, le silence intérieur", le P. Antonio raconte ce que son confrère libéré a partagé et ajoute : "Comme le prophète Isaïe, il pouvait sentir la présence de Dieu dans le silence, dans la solitude. Il a découvert que Dieu lui a toujours donné la force".

Le Supérieur général SMA dit qu'il apprécie beaucoup la rencontre qu'il a eue avec le Père Maccalli après sa libération.

"Ce sont des moments que je n'oublierai jamais, qui resteront à jamais dans mon esprit", dit le père Antonio. 

La libération du P. Maccalli, le 8 octobre, a été reçue avec joie et gratitude par la direction de la SMA, ses confrères, l'archevêque de Niamey, Mgr Laurent Lompo, l'Ordinaire de son diocèse natal de Crema en Italie, Mgr Daniele Gianotti, ainsi que le Secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des Peuples basée au Vatican, Mgr Protase Rugambwa, entre autres.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]