Advertisement

Le pape François : La pandémie de coronavirus a "exposé les inefficacités" des soins aux malades

Le pape François visite l'hôpital Bambino Gesù di Palidoro à Rome, Italie, le 5 janvier 2018. Vatican Media. Le pape François visite l'hôpital Bambino Gesù di Palidoro à Rome, Italie, le 5 janvier 2018.
Vatican Media.

Le pape François a déclaré mardi que la pandémie de coronavirus avait "mis en évidence les inefficacités dans les soins aux malades".

Dans son message pour la 29e Journée mondiale des malades, publié le 12 janvier, il a fait valoir que les personnes vulnérables n'ont pas pu avoir accès à un traitement au milieu de la pandémie, qui a coûté la vie à plus de 1,9 million de personnes dans le monde.

"La pandémie actuelle a exacerbé les inégalités dans nos systèmes de santé et a mis en évidence les inefficacités dans les soins aux malades. Les personnes âgées, faibles et vulnérables n'ont pas toujours accès aux soins, ni de manière équitable", a-t-il déclaré.

"C'est le résultat de décisions politiques, de la gestion des ressources et d'un engagement plus ou moins important de la part de ceux qui occupent des postes de responsabilité".

Dans le message, signé le 20 décembre, il a appelé à un investissement accru dans les soins de santé, le décrivant comme "une priorité liée au principe fondamental selon lequel la santé est un bien commun primaire".

Advertisement

Le pape a déclaré que la crise du coronavirus avait également révélé l'héroïsme d'"une multitude silencieuse d'hommes et de femmes" s'occupant des patients atteints de coronavirus.

"Pourtant, la pandémie a également mis en évidence le dévouement et la générosité du personnel de santé, des bénévoles, du personnel de soutien, des prêtres, des religieux et religieuses, qui ont tous aidé, traité, réconforté et servi tant de malades et leurs familles avec professionnalisme, don de soi, responsabilité et amour du prochain", a-t-il écrit.

"Une multitude silencieuse d'hommes et de femmes, ils ont choisi de ne pas regarder ailleurs mais de partager la souffrance des patients, qu'ils considéraient comme des voisins et des membres de notre unique famille humaine. Une telle proximité est un baume précieux qui apporte soutien et consolation aux malades dans leur souffrance".

Le pape Jean-Paul II a institué la Journée mondiale du malade en 1992. Elle est célébrée le 11 février, jour de la commémoration liturgique de Notre-Dame de Lourdes.

Le thème de cette année est "Vous n'avez qu'un seul maître et vous êtes tous frères" (Matthieu 23:8), tiré d'un passage de l'Évangile dans lequel Jésus critique ceux qui ne mettent pas en pratique ce qu'ils prêchent.

More in Afrique

La critique de Jésus envers ceux qui "prêchent mais ne pratiquent pas" est toujours et partout utile, car aucun d'entre nous n'est à l'abri du grave mal de l'hypocrisie, qui nous empêche de nous épanouir en tant qu'enfants du seul Père, appelés à vivre la fraternité universelle", a déclaré le pape.

"Devant les besoins de nos frères et sœurs, Jésus nous demande de répondre d'une manière tout à fait contraire à cette hypocrisie. Il nous demande de nous arrêter et d'écouter, d'établir une relation directe et personnelle avec les autres, de ressentir de l'empathie et de la compassion, et de laisser leur souffrance devenir la nôtre alors que nous cherchons à les servir".

Le pape de 84 ans a lui-même récemment été confronté à la maladie. Il n'a pas pu présider les liturgies du Vatican la veille et le jour de l'An en raison d'une "sciatique douloureuse" qui l'a affecté pendant plusieurs années.

Dans son message pour la Journée mondiale des malades en février dernier, il a réfléchi à l'impact de la maladie.

"L'expérience de la maladie nous fait prendre conscience de notre propre vulnérabilité et de notre besoin inné des autres. Elle nous fait sentir d'autant plus clairement que nous sommes des créatures dépendantes de Dieu", a-t-il écrit.

Advertisement

"Lorsque nous sommes malades, la peur et même la perplexité peuvent s'emparer de notre esprit et de notre cœur ; nous nous retrouvons impuissants, puisque notre santé ne dépend pas de nos capacités ou des soucis incessants de la vie".

"La maladie soulève la question du sens de la vie, que nous portons devant Dieu dans la foi. En cherchant une direction nouvelle et plus profonde dans notre vie, nous risquons de ne pas trouver de réponse immédiate. Nos parents et amis ne sont pas non plus toujours en mesure de nous aider dans cette quête exigeante".

Le pape a donné l'exemple de la figure biblique de Job, qui a dû faire face à l'incompréhension de son entourage alors qu'il luttait contre une série de calamités.

Francis a souligné que l'agonie de Job n'était "pas une punition ou un état de séparation d'avec Dieu", notant que Dieu a finalement répondu aux cris de Job et lui a permis "d'entrevoir un nouvel horizon".

Le pape a souligné l'importance de "l'aspect relationnel" des soins aux malades.

"Mettre l'accent sur cet aspect peut aider les médecins, les infirmières, les professionnels et les bénévoles à se sentir responsables d'accompagner les patients sur un chemin de guérison fondé sur une relation interpersonnelle de confiance", a-t-il écrit.

"Cela crée un pacte entre ceux qui ont besoin de soins et ceux qui les prodiguent, un pacte fondé sur la confiance et le respect mutuels, l'ouverture et la disponibilité".

"Cela permettra de surmonter les attitudes défensives, de respecter la dignité des malades, de sauvegarder le professionnalisme des travailleurs de la santé et de favoriser une bonne relation avec les familles des patients".

Il a déclaré que cette relation entre le soignant et le patient peut être soutenue par la "charité du Christ", en soulignant "le témoignage de ces hommes et de ces femmes qui, au cours des millénaires, ont grandi en sainteté grâce au service des infirmes".

"Car le mystère de la mort et de la résurrection du Christ est la source de l'amour capable de donner tout son sens à l'expérience des patients et des soignants", a déclaré le pape.

"L'Évangile le précise souvent en montrant que Jésus ne guérit pas par magie mais comme le résultat d'une rencontre, d'une relation interpersonnelle, dans laquelle le don de Dieu trouve une réponse dans la foi de ceux qui l'accueillent. Comme Jésus le répète souvent : Ta foi t'a sauvé".

Il a souligné que le soin des malades est une façon d'honorer le commandement d'amour que Jésus a donné à ses disciples.

"Une société est d'autant plus humaine qu'elle prend efficacement soin de ses membres les plus fragiles et les plus souffrants, dans un esprit d'amour fraternel. Efforçons-nous d'atteindre ce but, afin que personne ne se sente seul, exclu ou abandonné", a-t-il exhorté.

Le pape a conclu son message en confiant les malades et leurs soignants à Marie, Mère de la Miséricorde et de la Santé des malades.

"De la Grotte de Lourdes et de ses nombreux autres sanctuaires à travers le monde, puisse-t-elle soutenir notre foi et notre espérance, et nous aider à prendre soin les uns des autres avec un amour fraternel", a-t-il écrit.