Advertisement

Pourquoi l'apostolat des missionnaires sur la santé et l'éducation est une oasis pour une tribu kenyane marginalisée

Frère Sebastian Oteng'ele, infirmier au Programme médical divisionnaire de Tangulbei (TDMP), se souvient de plusieurs cas, il y a sept ans, où il a été confronté à des patients très malades, certains au bord de la mort, à la Clinique que les membres de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains) supervisent dans le diocèse de Nakuru au Kenya.

Le membre des Frères de Saint-Joseph (BSJ), né au Kenya, venait de rejoindre la clinique où il a rencontré les Pokot, une tribu nomade du Kenya qui ne croyait qu'en la médecine traditionnelle. 

Frère Sebastian a déclaré à ACI Afrique que les patients n'étaient amenés à l'établissement médical qu'après l'échec de tous les moyens traditionnels de traitement.

"Il y avait des fois où les gens amenaient des patients avec du sang étalé sur tout le corps. Parfois, une femme enceinte qui avait du mal à accoucher était amenée à la clinique avec des intestins d'animaux frais enroulés sur le cou et les poignets. Les gens accomplissaient leurs rituels avant de décider d'amener l'un de leurs patients à l'hôpital", a déclaré le frère Sebastian.

La plupart du temps, les patients étaient retardés à la maison pendant les interventions médicales traditionnelles et lorsqu'ils étaient finalement amenés à la clinique, il était trop tard. Beaucoup d'entre eux sont morts avant d'avoir été traités.

Advertisement

Au fil des ans, le Frère Sebastian a travaillé sur le programme médical, qui dessert plus de 14 000 personnes provenant de la vaste zone de peuplement, il a vu le Pokot s'ouvrir de plus en plus aux traitements à l'hôpital. Certains, souffrant de maux aussi simples qu'un mal de tête causé par le stress, marchent des kilomètres pour se faire soigner à la clinique.

Lancé en 1995 comme un simple programme, le TDMP est devenu un centre de santé bien équipé qui emploie maintenant du personnel professionnel. Aujourd'hui, le centre de santé compte 14 professionnels et employés subalternes qui travaillent 24 heures sur 24 pour fournir des services aux patients.

Le centre de santé offre des services ambulatoires, des services mobiles, des services d'ambulance et des analyses de laboratoire. Il propose également des services de maternité et de soins maternels.

Les patients se présentent à l'établissement de santé avec diverses affections, dont le paludisme, les maladies respiratoires, les infections urinaires, la diarrhée et les infections cutanées, entre autres problèmes de santé.

"Le paludisme est la maladie la plus répandue à Tangulbei", a déclaré le frère Sebastian à ACI Afrique le 14 janvier, expliquant que la maladie est transmise par les moustiques trouvés dans les barrages d'eau qui entourent la colonie.

More in Afrique

Quant aux complications respiratoires, le membre du BSJ explique que les habitants de Tangulbei tombent malades parce qu'ils passent leurs nuits dehors dans le froid.

"Ici, tout le monde ne passe pas la nuit dans la maison. Les jeunes garçons et les hommes passent la nuit dans le froid des montagnes tandis que les petites cabanes sont réservées aux enfants et aux femmes. Pour les personnes nées dans un climat chaud, tout changement de climat, aussi minime soit-il, a des conséquences néfastes sur leur santé", dit-il.

En raison du manque d'eau propre, les Pokot qui parcourent jusqu'à 50 kilomètres à pied à la recherche de cette précieuse denrée souffrent également de diarrhée et d'autres complications liées à l'hygiène. La chaleur extrême est responsable des infections cutanées qu'ils contractent à la clinique.

Récemment, le Frère Sebastian et son équipe dirigée par le Père Maxwell Atugba, qui est le prêtre responsable de la mission de Saint Luc à Tangulbei, ont établi un dispensaire à Nasaltuko, à environ 20 kilomètres du quartier général de la mission, afin d'améliorer l'accessibilité aux services de santé de la mission.

Situé dans une vallée entourée par les montagnes de Kaako, Koroloi, Butoro et Kamel, le dispensaire de Nasaltuko a soulagé Jacob Lotiboi, un habitant du village de Kaako, du fardeau de marcher des kilomètres à la recherche de médicaments.

Advertisement

"L'autre jour, je descendais la montagne et j'ai trouvé une femme qui saignait après avoir été poignardée par des bandits. Heureusement, le dispensaire était proche et quand je l'ai portée làbas, elle a été soignée rapidement et a pu sortir de l'hôpital", raconte M. Lotiboi à ACI Afrique.

Ce père de 61 ans, âgé de 20 ans, affirme que le dispensaire est une bénédiction pour les habitants des quatre villages qui l'entourent.

"Avant la construction du dispensaire, nos femmes et nos enfants marchaient sur plus de 50 kilomètres à la recherche d'hôpitaux gouvernementaux. Parfois, nous marchions plus de 20 kilomètres pour nous rendre au centre missionnaire dirigé par les Pères où nous sommes soignés. Aujourd'hui, les médecins sont venus près de nous et nous leur sommes vraiment reconnaissants", dit-il.

Malgré toutes ces réalisations, le centre de santé de la mission est confronté à de nombreux défis, dont le plus important est la culture rétrograde qui fait que certains résidents ne font pas encore entièrement confiance aux hôpitaux. 

La barrière de la langue est également un problème pour le personnel de l'hôpital qui a du mal à communiquer avec les patients qui ne peuvent s'exprimer que dans leur langue locale.

De plus, certains patients ont leur idée fausse des médicaments, dit le frère Sebastian, ajoutant que ces patients ont du mal à croire ce que leur dit leur médecin.

"Nous avons des patients qui ne croient qu'aux injections. Lorsque nous leur prescrivons d'autres médicaments tels que des comprimés ou des inhalateurs, ils les refusent et vont dans d'autres hôpitaux", explique le natif du diocèse de Kakamega, au Kenya.

Mais le plus grand défi, selon le frère Sebastian, est la maternité, notant que les retards dans les soins aux femmes enceintes entraînent de nombreux décès maternels évitables.

"Les gens ici sont tellement habitués aux livraisons à domicile qu'ils viennent parfois nous voir quand il est trop tard. Mais ils ne sont pas entièrement à blâmer, car beaucoup d'entre eux restent à l'intérieur de cette région où les moyens de transport sont limités", dit le Frère religieux.

Parmi les meilleures qualités que le Frère Sebastian a apprises sur les Pokot, il y a la façon dont ils valorisent la vie.

"Les Pokot font tout ce qui est en leur pouvoir pour prendre soin d'une personne malade. Mais ils n'ont rien à faire avec la personne décédée. C'est différent des gens d'autres communautés qui abandonnent leurs malades et leurs nécessiteux mais ne dépensent beaucoup d'argent que lorsque la personne meurt", dit-il.

Ce centre de santé n'est que l'une des nombreuses activités supervisées par les Spiritains, également connus sous le nom de Pères du Saint-Esprit, qui exercent leur ministère à Tangulbei depuis 1990. 

Les prêtres ont surmonté toutes les difficultés, y compris le climat rigoureux, le terrain accidenté et parfois l'hostilité des habitants, pour travailler à la réduction de la pauvreté et de l'analphabétisme dans l'une des régions les plus marginalisées du Kenya. 

Les Spiritains dirigent également l'école primaire St. Luke, l'une des meilleures écoles de l'est du

Pokot, qui offre un internat et des installations de jour à quelque 220 élèves.  Quelque 51 filles et 21 garçons partagent un internat dans cette école qui ne dispose pas de dortoir pour les garçons.

Lancée en 2006 avec des élèves qui suivaient les cours sous un arbre dans un champ ouvert, l'école compte aujourd'hui 12 employés qualifiés et cinq membres du personnel subalterne. Elle accueille toujours des enfants vulnérables qui sont parrainés par les Spiritains, le diocèse catholique de Nakuru ainsi que par des particuliers.

Le père Maxwell note que le plus grand défi est de maintenir les élèves à l'école, en particulier les filles, en disant : "Nous admettons toujours plus de filles que de garçons dans les classes de premier cycle. Cependant, peu de filles terminent leur scolarité, car beaucoup sont mariées".

Les Spiritains supervisent également une école maternelle dont les inscriptions sont passées de 45 en 2016, lorsque le père Maxwell a pris la direction de la mission, à 82 actuellement.

En outre, le nombre de chrétiens participant activement à l'Église et ceux qui reçoivent la Sainte Communion a augmenté dans une région où les Spiritains mènent une première évangélisation.

À la fin du deuxième chapitre provincial des Spiritains, le vendredi 15 janvier, le supérieur provincial sortant des Spiritains pour le Kenya et le Sud-Soudan, le père John Mbinda, a affirmé que les habitants de Tangulbei sont des gens amicaux qui aspirent à l'évangélisation.

"Malgré leurs difficultés, les Pokot sont de très bonnes personnes qui veulent aller de l'avant en termes de développement, tout comme les autres peuples de ce pays. Ils veulent connaître le Dieu d'amour. Ils peuvent être instruits dans la foi. Il n'y a que nous qui n'avons pas été là pour eux", a déclaré le père Mbinda.

Racontant son expérience à la tête de la congrégation des Spiritains au Kenya et au Sud Soudan, le père Mbinda a déclaré que Tangulbei était inaccessible lorsqu'il a visité la mission il y a quelques années.

"Il n'y avait pas de routes pour atteindre notre peuple. Souvent, j'ai dû faire une route entre les fourrés lorsque je voulais rendre visite à un chrétien", a déclaré l'Ecclésiaste d'origine kenyane, ajoutant que les voitures de la mission s'étaient vite usées en raison du sol rocheux qui caractérise le terrain de Tangulbei.

Les dirigeants sortants des Spiritains du Kenya et du Sud-Soudan ont remis au nouveau supérieur provincial, le père Dominic Gathurithu, une Toyota Hilux flambant neuve pour l'équiper en vue de la mission à venir.

D'autres activités ont marqué la clôture de la réunion du chapitre des Spiritains, notamment une collecte de fonds pour la construction d'un théâtre à la clinique et la mise en service de la salle de conférence du Bienheureux Daniel Brottier et des installations d'hébergement au centre missionnaire.

L'installation, a expliqué le père Maxwell, fournira un logement fiable aux personnes qui viennent de loin pour travailler à Tangulbei.

"Après le lancement, nous attendons de tout notre personnel qu'il reste et ne s'enfuie pas en raison de l'insuffisance des installations d'hébergement. Pour le personnel de notre clinique, nous attendons une présence 24 heures sur 24 et une réponse aux patients chaque fois que cela est nécessaire", a déclaré le père Maxwell.