Advertisement

Le Cardinal Cristóbal : Les chrétiens doivent être un "sacrement de la rencontre" pour les voisins musulmans

Le cardinal Cristóbal López Romero / Daniel Ibanez / CNA. Le cardinal Cristóbal López Romero / Daniel Ibanez / CNA.

L'archevêque de Rabat a lancé un synode diocésain pour encourager la petite communauté catholique du Maroc à vivre plus pleinement sa mission de "rencontre et de dialogue".

Le cardinal Cristóbal López Romero a déclaré à l'ACI Stampa, le partenaire d'information en langue italienne de CNA, qu'il pense que les catholiques du Maroc peuvent faire davantage pour être "une Église extravertie" et vivre le dialogue islamo-chrétien dans leur vie quotidienne dans ce pays à 99 % musulman sunnite.

"Notre Église est discrète - nous représentons moins de 0,1 % de la population - mais elle cherche à être significative, et elle désire être un signe et un sacrement du Royaume de Dieu", a déclaré M. López Romero dans l'interview publiée le 4 juin.

Pour vivre le dialogue au quotidien, le chrétien doit se connaître et se sentir comme le "sacrement de la rencontre", a-t-il ajouté.

Le cardinal d'origine espagnole a déclaré avoir convoqué le synode parce que "toute l'Église locale doit se demander comment vivre concrètement sa mission".

Advertisement

"Notre Église est une Église de la rencontre et du dialogue. Pourtant, même si nous avons pris un bon départ, nous pouvons faire beaucoup plus", a-t-il déclaré.

"Par exemple, comment vivre le dialogue islamo-chrétien après la visite du pape, après Fratelli tutti, après le document de la Fraternité universelle signé par le pape François et le grand imam al Tayyeb ?"

En mars 2019, le pape François s'est rendu dans la capitale marocaine, Rabat, où il a signé un "Appel pour Jérusalem" avec le roi du Maroc Mohammed VI. La déclaration commune demandait que Jérusalem soit préservée comme un lieu de rencontre pacifique pour les trois religions monothéistes.

"Grâce à cette visite, l'intérêt pour notre Église, le respect et l'appréciation de celle-ci augmentent de jour en jour", a déclaré M. López Romero.

"Les autorités et le peuple marocain s'intéressent à nous et demandent systématiquement notre participation aux rencontres interreligieuses."

More in Afrique

Le cardinal a déclaré que le voyage du pape a inspiré les congrégations religieuses à ouvrir des maisons au Maroc, ce qui a donné un coup de pouce aux activités pastorales et formatives proposées dans son diocèse.

Le pape François a élevé López Romero au rang de cardinal quelques mois seulement après sa visite. M. López Romero est arrivé au Maroc en 2003 pour diriger la communauté salésienne locale. Le pape François l'a nommé archevêque de Rabat en décembre 2017.

Outre le dialogue interreligieux, le cardinal a déclaré qu'il souhaitait voir s'approfondir et se développer les relations œcuméniques entre les communautés catholique, orthodoxe et protestante de Rabat.

Le cardinal López Romero a convoqué le synode le 23 mai, dimanche de Pentecôte, en confiant le processus aux "saints martyrs de Marrakech et sous la protection de Marie, Notre-Dame du Maroc".

L'archevêque de Rabat a déclaré qu'il espérait que le synode aiderait l'Église locale à être plus "samaritaine" et à évaluer comment elle peut aider plus efficacement les personnes dans le besoin.

Advertisement

Dans les nombreuses façons dont les chrétiens marocains rencontrent naturellement leurs frères et sœurs musulmans et dialoguent avec eux sur les lieux de travail, dans les écoles, les transports publics et les magasins, il est nécessaire que les chrétiens aient une identité forte et une "sincérité des intentions", a déclaré M. López Romero.

"Le modèle de dialogue que nous proposons et offrons ne peut être autre que Dieu lui-même : bien qu'il soit Dieu, il entre dans un dialogue d'amour avec l'humanité."

"Et l'Église, selon les mots de Paul VI, 'devient dialogue, devient conversation'."