Advertisement

Les catholiques du Burkina Faso offrent des prières pour les victimes de l'attaque du village de Solhan

Des maisons et le marché local brûlés pendant le raid nocturne sur le village de Solhan dans la province de Yagha au Burkina Faso. Des maisons et le marché local brûlés pendant le raid nocturne sur le village de Solhan dans la province de Yagha au Burkina Faso.

Les catholiques du Burkina Faso ont été invités à offrir des prières spéciales pour les victimes de l'attaque du village de Solham, dans le nord du pays, qui a fait au moins 130 morts.

Dans une interview accordée à ACI Afrique dimanche 6 juin, un prêtre catholique du pays a déclaré que l'attaque du samedi 5 juin au petit matin, qui serait la plus meurtrière de ces dernières années, est "regrettable" et a appelé le peuple de Dieu dans le pays à organiser des séances d'adoration pendant les trois jours de deuil national annoncés par le gouvernement.

"Nous sommes profondément attristés par cet incident malheureux qui s'est produit dans le village de Solhan, dans la province de Yagha au Burkina Faso", a déclaré à ACI Afrique le chargé de communication de la Conférence épiscopale du Burkina Faso et du Niger (CEBN), le père Paul Dah.

Le père Dah a ajouté : " En ces moments difficiles, j'invite les catholiques à offrir des prières durant la solennité du très saint corps et sang du Christ pour les victimes, leurs familles et la paix. ” 

"Suite aux massacres de Solhan, l'État vient de décréter un deuil national de 72 heures à partir de dimanche", a déclaré le prêtre burkinabé, qui a invité toutes les paroisses de la nation ouestafricaine à "organiser un temps d'adoration à la fin des célébrations de la Fête-Dieu pour prier pour les victimes."

Advertisement

Dans la nuit du 4 juin, des inconnus armés ont lancé une attaque contre le village de Solhan, dans la province de Yagha, dans la région du Sahel, tuant au moins 132 habitants et en blessant de nombreux autres, a rapporté BBC News, ajoutant : "Des maisons et le marché local ont été brûlés lors du raid nocturne sur Solhan. ”

"Aucun groupe n'a déclaré être à l'origine de ces violences, mais les attaques islamistes sont de plus en plus fréquentes dans le pays, notamment dans les régions frontalières", a encore indiqué la BBC.

Après avoir prié l'Angélus, dimanche 6 juin, le pape François a déploré l'agression du village de Solhan en disant : "Je désire vous assurer de mes prières pour les victimes du massacre qui a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi dans une petite ville du Burkina Faso."

"Je suis proche de leurs familles et de tout le peuple burkinabé qui souffre beaucoup de ces attaques répétées", a déclaré le Saint-Père, avant d'ajouter : "L'Afrique a besoin de paix et non de violence !"

More in Afrique

Dans un communiqué du samedi 5 juin obtenu par ACI Afrique, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, présente ses plus sincères "condoléances à toutes les familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés."

"Les forces de sécurité sont à pied d'œuvre pour retrouver et neutraliser les auteurs de cet acte ignoble", déclare le président Kaboré, et ajoute : "Je décrète un deuil national de 72 heures, du 5 juin à minuit au lundi 7 juin à 23h59."

Pendant cette période, le chef de l'État ordonne que "le drapeau national soit mis en berne et que toute fête populaire soit interdite." 

"Nous devons rester unis contre les forces du mal", déclare le président dans sa déclaration du 5 juin.

Advertisement

Décrite par différents médias comme la pire depuis 2015, l'attaque survient à un moment où le Burkina Faso ainsi que les huit autres pays englobés dans la région du Sahel, ont subi une résurgence de la violence de la part d'extrémistes, "dont une grande partie est menée par des djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique", a rapporté le New York Times.

Connu pour avoir été l'un des pays les plus stables d'Afrique de l'Ouest, le Burkina Faso semble avoir été "piégé dans une spirale de violence depuis que des groupes djihadistes ont revendiqué leurs premières attaques, en 2015. Depuis lors, le pays a fait face à des centaines d'attaques, certaines menées par des groupes djihadistes et d'autres par des rebelles locaux", indique encore le New York Times dans son rapport du samedi 5 juin.

S'exprimant sur le massacre de la nuit du 4 juin, le directeur de la communication du diocèse de Fada N'Gourma au Burkina Faso, le père Etienne Tandamba, a déclaré à ACI Afrique : "Cette attaque tragique s'est produite dans une région riche en or avec de nombreuses mines d'or." 

"La réalité est que les attaquants ont tué plus de 100 personnes. Et le décompte n'est pas terminé parce que beaucoup de personnes ont été blessées", a ajouté le père Tandamba.

Faisant référence aux niveaux élevés d'insécurité dans son pays, l'ecclésiastique burkinabé a en outre déclaré : "C'est vraiment une situation inquiétante qui appelle une action immédiate pour mettre fin à la violence au Sahel et ramener la paix dans cette région."

"Ceux qui fournissent des armes et financent la violence dans le Sahel doivent cesser leurs actions. Notre peuple a suffisamment souffert", a déclaré le père Tandamba à ACI Afrique. 

Il a poursuivi : "Les dirigeants africains doivent prendre des mesures concrètes pour résoudre l'insécurité sur le continent. Hier, c'était le Nigeria, la République démocratique du Congo et aujourd'hui le Burkina Faso."

"Qui sera la prochaine victime ? Allons-nous nous asseoir et regarder notre peuple continuer à périr ?", a demandé le prêtre catholique. 

"Si nos dirigeants pensent que cela ne les concerne pas, alors ils ont tort", a poursuivi le père Tandamba, ajoutant : "Il est temps de se rassembler et de mettre fin à cette violence."

Selon lui, les extrémistes à l'origine des attaques et de la violence "ont l'intention de conquérir toute l'Afrique. Donc, nous devons juste y penser et le reste du continent doit juste y penser, et si les gens se nourrissent de cela, des guerres, des troubles, du terrorisme, si les gens ici en Afrique en profitent, alors c'est vraiment de l'argent sale et ils devraient arrêter."

"Le mois dernier, dans mon village natal, des hommes armés ont attaqué la chapelle Saint-Paul de Sandikpenga, mais heureusement, personne n'est mort. Ils sont venus après la messe du dimanche. Ils ne savaient pas que la messe dominicale était déjà terminée", a rappelé le père Tandamba à propos des événements du dimanche de Pentecôte, le 23 mai.

Les habitants ont échappé à l'attaque, explique-t-il, "parce que les chrétiens du village étaient sur le qui-vive face aux terroristes qui interdisent toute autre religion dans le lieu. Ainsi, ils organisent leurs célébrations eucharistiques suffisamment tôt."

"Ce jour-là, après la messe, plus de 100 personnes armées de motos ont encerclé l'église et ont vu qu'il n'y avait personne à l'intérieur. Alors, ils ont tout brûlé dans l'église. Même le toit a été complètement détruit", a raconté le père Tandamba en relatant les événements du 23 mai. 

Il a ajouté : "L'église a été fermée et les fidèles ont été invités à prier chez eux jusqu'à nouvel ordre."

Les crises politiques au Burkina Faso ont offert un terrain fertile à la prolifération de groupes extrémistes tels que l'État islamique dans le Grand Sahara et la Jama'at Nasr al-Islam wal Muslimin, affiliée à Al-Qaïda.

En février, les évêques catholiques du Burkina Faso et du Niger se sont inquiétés du nombre croissant de personnes déplacées fuyant l'insécurité dans la nation ouest-africaine et ont appelé à une coexistence pacifique entre les réfugiés et leurs communautés d'accueil.

"Nous sommes préoccupés par le nombre encore important de personnes déplacées dont la collaboration avec leurs hôtes ne se fait pas toujours sans heurts", ont déclaré les membres du CEBN dans leur déclaration collective à l'issue de leur assemblée plénière du 9 au 14 février.

Pour assurer une coexistence pacifique entre les personnes déplacées et leurs communautés d'accueil, ils ont recommandé "un dialogue général" ainsi qu'une campagne de sensibilisation à la coexistence pacifique impliquant différents leaders.

Le mois dernier, l'Église catholique a appelé le peuple de Dieu dans les deux pays voisins d'Afrique de l'Ouest à s'engager à sauvegarder la vie humaine.

"Le contexte préoccupant dans lequel vit notre Église Famille de Dieu au Burkina Faso et au Niger nous oblige, nous vos pasteurs, à vous inviter au discernement et à la vigilance afin de rester fidèles aux exigences de notre foi au Dieu de la vie révélé dans le Christ notre Sauveur", ont déclaré les évêques catholiques du Burkina Faso dans leur message collectif publié le dimanche de Pentecôte, le 23 mai.