Advertisement

Si la violence en Afrique du Sud a été "orchestrée", c'est pour "se préserver" : Selon un Archevêque

Si les récentes manifestations et attaques violentes en Afrique du Sud ont été orchestrées, elles ont été motivées par l'égoïsme et les efforts d'"auto-préservation", a déclaré un archevêque catholique du pays. 

Dans son homélie du dimanche 18 juillet, Mgr Stephen Brislin a déclaré que les violences observées dans les provinces du KwaZulu-Natal et du Gauteng, entre autres régions du pays, étaient préjudiciables à la "fragile démocratie" de la nation et que ceux qui pourraient en être les instigateurs "doivent être appelés à rendre des comptes". 

"S'il y a des commanditaires, ils sont, plus que tous les autres qui ont été impliqués, responsables d'avoir causé d'énormes dommages à notre fragile démocratie et à notre économie", a déclaré Mgr Brislin. 

L'Ordinaire du lieu de l'archidiocèse du Cap, en Afrique du Sud, a ajouté : "Si de telles personnes ont planifié et exécuté cet acte, elles ont agi de manière égoïste, vraisemblablement pour leur propre préservation, sans se soucier du bien du pays et de sa population. Ils doivent particulièrement être appelés à rendre des comptes et être punis de manière appropriée pour leurs actions."

Il a reproché à une partie des dirigeants sud-africains leur manque d'intégrité, qui semble avoir contribué aux dernières violences. 

Advertisement

"Pendant de nombreuses années, des dirigeants corrompus ont répandu leurs graines de corruption à grande échelle, apparemment en toute impunité, ce qui a donné naissance à une culture d'impunité présumée. Il y a ceux qui ont incité et encouragé la violence et, peut-être même, certains qui l'ont organisée et orchestrée", a-t-il déclaré.

La pauvreté et l'énorme fossé économique entre les citoyens, a déclaré Mgr Brislin, sont parmi les principales causes de la violence et des pillages observés dans certaines parties du pays.

"De nombreux facteurs ont contribué à cette violence et à cette anarchie, principalement la pauvreté et le fossé énorme qui existe dans notre pays entre les riches et les pauvres", a déclaré l'archevêque sud-africain.

Il a ajouté : "Nous savons depuis de nombreuses années que cette inégalité criante est insoutenable ; c'est un baril de poudre qui n'attendait que l'étincelle pour exploser."

La pandémie de coronavirus a aggravé la situation, a déclaré l'archevêque, qui a expliqué : " La frustration de notre situation actuelle en termes de pandémie de COVID-19, le confinement et les difficultés que tant de personnes ont connues, ont exacerbé et alimenté la violence dont nous avons été témoins. ”

More in Afrique

Il s'est dit choqué par les niveaux de pillage et de destruction de biens, affirmant que la violence a coûté les moyens de subsistance des gens.

"Nous avons été témoins de scènes presque incroyables qui nous ont choqués et laissés abasourdis. Les pillards ont volé et détruit, des vies ont été perdues, des centaines - voire des milliers - d'emplois ont été perdus, les moyens de subsistance ont été anéantis", a déclaré l'archevêque.

Les effets de la violence et de la destruction finiront par faire payer un lourd tribut aux nécessiteux de la société, a-t-il répété, et il a imploré : "Aujourd'hui, nous prions pour la paix, mais nous sommes également conscients qu'il nous incombe d'œuvrer pour la paix. Nous travaillons pour la paix en construisant une société juste et équitable. ”

En fin de compte, a-t-il noté, "le chemin vers la paix ne passe pas par l'arrestation de plus en plus de personnes, la construction de plus grandes prisons ou la réponse à la violence par la violence. ”  

L'archevêque a ensuite plaidé en faveur d'une structure de gouvernance qui vise à donner à tous les citoyens des opportunités équitables.

Advertisement

"La voie vers une paix véritable et durable passe par la construction d'une société dans laquelle les gens participent à la prospérité de leur pays, où ils peuvent travailler afin de subvenir aux besoins de leur famille, une société dans laquelle leurs enfants auront la possibilité de s'instruire et d'avoir un avenir meilleur, une société dans laquelle il n'y a pas deux mondes parallèles", a-t-il déclaré.

Une telle société pacifique, a-t-il poursuivi, "ne sera atteinte que lorsque les gens auront leur juste part, et ne vivront donc pas dans la pauvreté, ni dans un luxe obscène dû à l'exploitation, à la corruption et à l'intérêt personnel."

Faisant référence à la lecture de l'Évangile qui décrit Jésus-Christ comme le bon berger, Mgr Brislin a déclaré : "Ayons le cœur d'un berger pour engager nos vies à travailler pour la paix, sachant que nous avons tous une responsabilité pour le bien de notre pays et de tous ses citoyens.

"Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur les besoins de notre voisin - ne serait-ce que parce que cela reviendrait à suivre un chemin d'instabilité et d'insécurité", a déclaré l'archevêque de 64 ans.

"Aujourd'hui, nous prions pour la paix. Je vous invite tous, avec vos familles si possible, à prier le chapelet aujourd'hui pour la paix. Le dimanche, nous prions les mystères glorieux qui inspirent tant de lumière et d'espoir dans nos vies", a-t-il déclaré.

Mgr Brislin a également encouragé : "Priez le chapelet aujourd'hui et demandons l'intercession de notre patronne, Notre-Dame Assumée au Ciel, afin que la violence de la destruction, la violence de la malveillance, la violence de la pauvreté et toutes les autres formes de violence prennent fin."